Sevrage tabagique : varénicline, bupropion et patchs nicotiniques sans surrisque cardiovasculaire (étude randomisée)

Mis à jour le mercredi 25 avril 2018
dans

WASHINGTON, 19 avril 2018 (APMnews) - Les traitements pour le sevrage tabagique varénicline (Champix*, Pfizer), bupropion et les patchs à la nicotine ne sont pas associés à un surrisque cardiovasculaire par rapport à un placebo, selon une étude randomisée publiée dans le JAMA Internal Medicine.

La question d'une éventuelle élévation du risque cardiovasculaire pour les différents médicaments utilisés dans le sevrage tabagique reste débattue depuis de nombreuses années, avec des résultats contradictoires selon les études et les méta-analyses, rappellent Neal Benowitz de l'université de San Francisco et ses collègues.

L'étude EAGLES a été mise en place initialement pour évaluer les risques neuropsychiatriques de ces médicaments. Le suivi des patients a été prolongé et le risque cardiovasculaire a aussi été étudié.

Ont été inclus 8.058 personnes qui arrêtaient de fumer et ont été randomisées entre la varénicline, le bupropion, un patch à la nicotine et un groupe prenant les placebos de ces traitements. Le traitement durait 12 semaines et les patients ont été suivis durant 40 semaines supplémentaires.

Le taux global d'événement a été très bas: moins de 0,5% des patients ont présenté un événement cardiovasculaire majeur. Et il n'y avait aucune différence entre aucun des traitements et le placebo. Il y avait même moins d'événements avec les traitements qu'avec le placebo, mais cela n'était pas statistiquement significatif.

"Arrêter de fumer est l'action la plus importante que les fumeurs puissent faire pour réduire leur risque cardiovasculaire et les autres maladies induites par le tabagisme", concluent les auteurs. "Le bénéfice d'une amélioration de la santé cardiovasculaire avec l'arrêt du tabagisme assisté par une pharmacothérapie dépasse tout risque cardiovasculaire qui pourrait être induit par les médicaments".

(JAMA Internal Medicine, publication en ligne du 9 avril)

Source : APM International

Dépêche précédente

HTA : la pression ambulatoire prédit mieux la mortalité qu'en consultation

Dépêche suivante

Fibrillation atriale : la formation d’un thrombus à la surface du dispositif d’occlusion de l’auricule gauche n’est pas rare

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire