ODYSSEY OUTCOMES : un anti-PCSK9 réduit de 29% la mortalité chez les patients ayant fait un SCA et avec LDL > 1gr/L !

Mis à jour le mercredi 14 mars 2018
Late breaking trial ACC. 18

ACC.18, Orlando - Après FOURIER avec l’evolucumab, cette étude est la seconde étude testant l’efficacité d’un anticorps monoclonal inhibiteur de PCSK9, l’alirocumab, sur la survenue d’évènements cardiovasculaires majeurs après SCA.

Elle a inclus des patients ≥ 40 ans avec syndrome coronarien aigu dans les 1 à 12 mois qui précèdent, traités par statine à forte dose (dans 89% des cas, 3% sous ezitimibe) ou à la dose maximale tolérée depuis 2 semaines, avec LDL ≥ 70 mg/dl (en moyenne 87 mg/dl) (ou non-HDL ≥ 100 mg/dl ou ApoB ≥ 80 mg/dl).

L’objectif principal de l’étude associe décès coronariens, infarctus non fatals, AVC ischémiques et hospitalisations pour angor instable. Les critères secondaires, hiérarchisés comme suit, comportent les évènements coronariens et les évènements majeurs (décès coronaires, infarctus), les évènements cardiovasculaires, l’association décès, infarctus et AVC ischémiques, la mortalité coronaire, la mortalité cardiovasculaire et enfin la mortalité totale.

L’étude a inclus 18 924 patients, randomisés pour recevoir alirocumab une injection de 75 mg tous les 15 jours (ou si nécessaire en fonction du niveau de LDL atteint 150 mg/15 jours) ou injection de placebo. La cible de LDL est de 25-50 mg/l avec la possibilité d’atteindre des valeurs de 15-25 mg/l. On ne note pas d’intolérance au produit en dehors de réactions cutanées au point d’injection (3,8 vs 2,1 %).
 
A 48 mois, sous traitement, le LDL est réduit de 54,7 % sous alirocumab atteignant 53,3 mg/dl. Le critère primaire est réduit de 15 % (HR=.85, IC 95 %=.78-.93; p=.0003), soit 1,6 % en risque absolu. Les infarctus non fatals, AVC ischémiques, angor instable sont réduits de manière significative, mais pas la mortalité coronaire. La mortalité totale est réduite de 15 % (p=.026) (-0.6% en risque absolu), mais, compte tenu de la hiérarchisation des objectifs, ce résultat ne peut pas être pris en compte.

Les analyses post-hoc portant sur des sous-groupes pré-spécifiés montrent une réduction de 29 % de la mortalité totale (risque absolu -1,7 %) en cas de LDL ≥ 100 mg/dl à l’inclusion, sans réduction significative (mortalité totale ou critère primaire) en cas de LDL < 80 mg/dl ou entre 80-100 mg/dl.

Ainsi, l’alirocumab réduit de 15 % les évènements cardiovasculaires majeurs après SCA, réduction égale à celle observée dans FOURIER en cas de maladie athéromateuse stable (coronarien stable, AOMI et post AVC), avec des effets favorables sur la mortalité totale et une excellente tolérance.

ODYSSEY Outcomes - ACC.18, Figure

 

Serge Kownator, d’après la présentation de Gabriel Steg (Paris, France) «ODYSSEY Outcomes: Cardiovascular Outcomes with alirocumab After Acute Coronary Syndrome: Results of the ODYSSEY Outcomes Trial"

Dépêche précédente

Meilleur contrôle de la pression artérielle avec l'automesure qu'avec un suivi classique (étude randomisée)

Dépêche suivante

La stimulation hisienne fait beaucoup mieux que la stimulation VD : le registre Geisinger

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire