Les grossesses multiples principales responsables du sur-risque de pré-éclampsie et d'hypertension gravidique après FIV

Publié le mardi 9 février 2016

WASHINGTON, 3 février 2016 (APM) - Le sur-risque d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie observé lors des grossesses obtenues grâce à l'assistance médicale à la procréation (AMP) est essentiellement dû aux grossesses multiples, selon une étude australienne publiée dans Fertility and Sterility, renforçant l'intérêt de promouvoir les stratégies de transfert mono-embryonnaire.

Les traitements d'AMP ont été associés à des taux plus élevés d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie dans certaines études, mais on ne sait pas si cela est imputable aux traitements eux-mêmes, à l'infertilité, ou à d'autres facteurs de risque co-existants, soulignent Yueping Wang de l'University of Technology Sydney et ses collègues.

Pour répondre à cette question, ils ont étudié 596.520 mères ayant accouché entre 2007 et 2011, dont 3,6% avaient bénéficié d'une AMP. Le taux d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie était de 6,4% dans le groupe AMP contre 4,3% chez les femmes n'ayant pas reçu d'AMP. Le risque d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie était significativement augmenté de 17% pour les grossesses issues d'AMP.

Le taux d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie était en outre significativement plus élevé lors des grossesses multiples que lors des grossesses monofoetales, qu'elles soient issues d'AMP (12,4% contre 5,7%) ou non (8,6% contre 4,2%). En analysant grossesses multiples et grossesses monofoetales séparément, le risque d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie n'était plus significativement augmenté par l'AMP, ni pour les unes ni pour les autres, indiquant que les grossesses multiples constituaient un facteur de confusion de l'association observée.

"Au moins 11% des mères ayant reçu un traitement d'AMP ont eu des grossesses multiples, ce qui est significativement plus élevé que le taux de 1,3% chez les mères n'ayant pas reçu d'AMP. La disproportion des grossesses multiples et le risque élevé d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie chez les mères ayant reçu une AMP suggèrent que réduire l'incidence des grossesses multiples pourrait réduire le risque d'hypertension gravidique et de pré-éclampsie chez les mères ayant reçu une AMP", concluent les auteurs.

(Fertility and Sterility, publication en ligne du 9 janvier)

 

Source : APM International

Dépêche précédente

Sténose coronaire: une valeur de FFR intermédiaire justifie une revascularisation coronaire percutanée

Dépêche suivante

On peut être obèse et en bonne santé cardiométabolique (étude épidémiologique)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire