Intérêt des ballonnets actifs Sequent Please pour l'angioplastie des artères coronaires de petit diamètre

Publié le jeudi 30 août 2018
dans

Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) 2018

MUNICH, LONDRES, 28 août 2018 (APMnews) - Le ballonnet actif libérant du paclitaxel Sequent Please (B Braun) s'est montré non inférieur à l'angioplastie avec pose d'un stent actif de deuxième génération, dans le traitement des lésions de novo au niveau des artères coronaires de petit diamètre, montre un essai randomisé présenté mardi au congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC) à Munich et publié simultanément dans The Lancet.

Bien que les stents actifs de deuxième génération soient le traitement de choix pour les interventions coronaires percutanées chez les patients souffrant de maladie coronaire, leur efficacité au sein des artères coronaires de petit diamètre est limitée, soulignent Raban Jeger de l'université de Bâle (Suisse) et ses collègues.

Dans l'essai randomisé et mené en ouvert BASKET-SMALL 2, ils ont eu pour objectif d'évaluer la sécurité et l'efficacité d'une angioplastie avec le ballonnet actif libérant du paclitaxel Sequent* Please, par rapport à une angioplastie avec pose de stent actif de deuxième génération libérant de l'évérolimus (Xience, Abbott Vascular) ou du paclitaxel (Taxus Element, Boston Scientific), chez des patients présentant des lésions de novo dans les artères coronaires de petit diamètre.

Les 758 patients inclus ont été randomisés entre le ballonnet actif (382 patients) et le stent actif de deuxième génération (376 patients).

Le critère primaire d'évaluation, défini par le taux d'évènements cardiovasculaires indésirables majeurs (MACE; décès cardiovasculaire, infarctus du myocarde non fatal, revascularisation de la lésion cible) à 12 mois post-intervention coronaire percutanée, a été atteint, montrant la non-infériorité du ballonnet actif Sequent Please par rapport aux stents actifs Xience ou Taxus Element.

A 12 mois, le taux de MACE était de 7,5% dans le bras Sequent Please contre 7,3% pour les patients ayant eu une pose de stent actif. Il n'y avait pas de différence significative sur le plan statistique entre les deux groupes.

Le nombre de décès d'origine cardiaque était de 12 (3,1%) dans le groupe ballonnet actif, contre 5 (1,3%) dans le bras stent actif, soit un risque de décès plus de doublé mais non statistiquement significatif.

Les thromboses de stent et les hémorragies étaient les effets indésirables les plus fréquents. Il y a eu 3 cas (0,8%) de thrombose de stent dans le groupe ballonnet actif, contre 4 (1,1%) dans le bras stent actif. Des hémorragies ont concerné respectivement 4 patients (1,1%) et 9 patients (2,4%). Les différences observées n'étaient pas statistiquement significatives.

Les auteurs en concluent que les patients présentant une maladie des artères coronaires de petit diamètre pourraient être traités de façon sûre avec le ballonnet actif libérant du paclitaxel Sequent Please.
(The Lancet, publication en ligne du 28 août)

Source : APM International

Toute l'actualité de l'ESC 2018

Mots clés: Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Endocardite infectieuse : un relais des antibiotiques intraveineux par les antibiotiques oraux efficace et sûr

Dépêche suivante

Un risque de mortalité cardiovasculaire plus élevé chez les personnes avec des rides du front profondes (étude VISAT)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire