Un "score coeur" pour mieux attribuer les greffons cardiaques

Publié le jeudi 4 octobre 2018
dans

PARIS, 2 octobre 2018 (APMnews) - L'Agence de la biomédecine (ABM) a mis en place, en collaboration avec les professionnels de santé et les associations de patients, un nouveau système national de répartition des greffons cardiaques, appelé "score coeur", a-t-on appris mardi lors d'une conférence de presse.

Ce dispositif, qui n'existe qu'en France, a été lancé en janvier 2018 car l'accès aux greffons cardiaques est devenu plus difficile, a indiqué le Pr Olivier Bastien, directeur prélèvement greffe organes-tissus à l'ABM.

Un système dérogatoire de "super-urgence" était en place mais il est arrivé à saturation. « Tout le monde était devenu 'super urgent' », a-t-il relevé.

« L'objectif est de réduire la mortalité et de donner aux patients la même chance d'accès aux greffons, d'assurer à la fois l'équité d'accès et l'efficacité de la greffe cardiaque. »

Le nouveau système de répartition des greffons prend désormais en compte le bénéfice apporté par la greffe et ne repose plus que sur la seule urgence, tout en permettant de continuer à greffer rapidement des patients déclarés en super-urgence.
Il comporte un meilleur appariement donneur-receveur en âge, en privilégiant les greffons jeunes aux receveurs jeunes et prédisant une survie supérieure à 50% un an après la greffe, et tient compte aussi de la durée de trajet entre les lieux de prélèvement et de greffe.

Le score national d'attribution des greffons cardiaques (SNAGC) est calculé en 4 étapes, avec d'abord le calcul de l'index de risque cardiaque (IRCA) d'un adulte standard, celui du score cardiaque composite brut (composantes adulte et enfant standard, composante urgence enfant et composante adulte expert, différentes selon les situations cliniques) puis pondéré (compatibilité sanguine, critères morphologiques, survie après greffe, appariement en âge) et enfin, en intégrant le modèle géographique.

Le score d'attribution est recalculé pour chaque donneur tandis que le risque individuel de décéder en attente d'une greffe est calculé pour chaque patient.

Le score peut également évoluer avec les progrès réalisés dans les connaissances scientifiques et les pratiques médicales. L'ABM a publié une V2 d'un guide de ce score en juillet.

Le Pr Bastien a rappelé que le "score rein" a ainsi évolué en 2015 et a permis notamment d'améliorer l'accès à la greffe des patients jeunes et la compatibilité entre donneur et receveur.

Source : APM International

Image par défaut

Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2018) — Greffes ou assistances cardiaques : une nouvelle vie

Greffe, assistance, coeur artificiel : où en est-on ?

Intervenant: Pierre Demondion

Mots clés: Chirurgie Chirurgie

Dépêche précédente

L'aspirine à faible dose en prévention a un effet négatif chez les personnes âgées en bonne santé

Dépêche suivante

Fibrillation atriale : le rivaroxaban et le dabigatran efficaces et sûrs chez les patients âgés polypathologiques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire