Régime sans gluten: un risque coronaire augmenté ? (étude épidémiologique)

Publié le mercredi 3 mai 2017

LONDRES, 3 mai 2017 (APMnews) - Un régime pauvre en gluten pourrait être associé à une augmentation du risque coronaire, en raison de l'appauvrissement simultané en céréales complètes qui ont un effet protecteur, selon une grande étude épidémiologique américaine publiée par le British Medical Journal (BMJ) mardi.

Les régimes sans gluten rencontrent un succès grandissant, y compris chez des personnes ne souffrant pas de maladie coeliaque, en raison de supposés bienfaits pour la santé de la diminution de l'apport en gluten. Celui-ci, présent dans les céréales, est supposé promouvoir l'inflammation et augmenter les risques d'obésité, de syndrome métabolique, de symptômes neuropsychiatriques et de maladie cardiovasculaire chez les personnes saines.

Mais on manque de preuves de tels effets, rappellent Benjamin Lebwohl de l'université Columbia à New York et ses collègues. Ils ont cherché à caractériser l'effet du gluten sur le risque coronaire, en reprenant les données de 2 grandes études épidémiologiques, la Nurses' Health Study et la Health Professionnals Follow-Up Study.

Ils ont ainsi pu suivre durant 26 ans 64.714 femmes et 45.303 hommes. Tous ont rempli un questionnaire de 131 items sur leur alimentation au début des études puis tous les 4 ans durant le suivi.

Il s'avère que contrairement à ce que les promoteurs des régimes sans gluten avancent, c'est chez les personnes qui en consommaient le plus que le risque coronaire était le moins élevé.

Quand on divise les sujets en 5 groupes selon leur niveau de consommation de gluten, l'incidence de la maladie coronaire s'élevait à 352 événements pour 100.000 personnes-années dans le groupe ayant les consommations les plus basses, et diminuait à 277 événements pour 100.000 personnes-années dans le groupe ayant les consommations les plus élevées.

Toutefois, quand les chercheurs ont fait des analyses multivariées prenant en compte de nombreux facteurs, le gluten n'était pas associé au risque coronaire, ni de façon positive ni de façon négative.

Mais ils ont constaté que les plus basses consommations de gluten étaient associées à des consommations basses de céréales complètes, dont on sait qu'elles ont un effet protecteur contre le risque cardiovasculaire.

Ainsi, non seulement diminuer la consommation de gluten n'aurait pas, par lui-même, d'effet bénéfique au niveau cardiovasculaire mais cela pourrait avoir de façon indirecte un effet négatif en favorisant la diminution de la consommation d'un facteur protecteur.

"La promotion de régimes sans gluten chez les personnes sans maladie coeliaque ne devait pas être encouragée", concluent les auteurs.

 

Source : APM International

(BMJ, publication en ligne du 2 mai)

Dépêche précédente

Fer intraveineux en traitement de l'insuffisance cardiaque: Vifor fait la promotion des nouvelles recommandations

Dépêche suivante

VIH : le ténofovir protègerait contre l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire