Le défibrillateur sous-cutané S-ICD* semble sûr et efficace à 1 an post-implantation

Mis à jour le mercredi 23 août 2017
dans

WASHINGTON, 17 août 2017 (APMnews) - L'utilisation du défibrillateur sous-cutané S-ICD* (Boston Scientific) est sûre et efficace à 1 an post-implantation pour le traitement des arythmies ventriculaires létales, avec un faible taux de complications, indique une étude de cohorte publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (JACC).

Ce défibrillateur est implanté en sous-cutané sur le côté gauche du thorax, sous le bras. La sonde n'est pas introduite à l'intérieur du coeur par voie transveineuse mais placée à proximité du coeur dans l'espace sous-cutané, rappelle-t-on.

L'objectif de cette étude, menée par Lucas Boersma du St Antonius Hospital à Nieuwegein (Pays-Bas) et ses collègues, était d'évaluer la sécurité du défibrillateur sous-cutané S-ICD* en mesurant la survenue de complications et de chocs inappropriés.

Pour cela, les chercheurs ont utilisé de façon prospective et rétrospective les données d'EFFORTLESS, un registre qui regroupe les données sur 5 ans de 985 patients (48 ans en moyenne) implantés pour une indication de prévention primaire dans 65% des cas, et secondaire dans 35% des cas, avec des étiologies très diverses (cf dépêche du 09/05/2016 à 12:16).

Les patients ont été suivis pendant 3,1 ans en moyenne. Ils étaient 928 à participer au suivi au-delà d'un an et 82 à compléter l'ensemble des 5 ans de suivi.

La durée de l'intervention pour l'implantation du défibrillateur était de 67 minutes en moyenne. Les patients étaient 60% à être opérés sous anesthésie générale, un tiers sous sédation consciente et 6% sous anesthésie locale.

Le taux de retour à un rythme cardiaque normal était de 97,4%.

Des chocs appropriés se sont produits chez 5,8% des patients sur 1 an et 13,5% sur 5 ans.

Les chocs inappropriés concernaient 8,1% des patients à 1 an et 11,7% après 3,1 ans -des taux "comparables aux défibrillateurs conventionnels", avait commenté Lucas Boersma lors du congrès annuel de la Heart Rhythm Society (HRS) à San Francisco (cf dépêche du 09/05/2016 à 12:16).

Au total, 115 patients (11,7%) ont souffert de complications (liées ou non au défibrillateur) sur l'ensemble du suivi, notamment des infections. Le risque de complication à 1 an avait tendance à diminuer au cours du temps, en lien avec l'augmentation de l'expérience des cardiologues vis-à-vis du défibrillateur. Cette tendance n'était toutefois pas significative sur le plan statistique.

Des complications liées au dispositif sont survenues chez 0,3% des patients à 30 jours et 2% à un an. Elles étaient principalement dues à une surdétection cardiaque, conduisant à des chocs inappropriés (11 patients) et à un inconfort (8 patients). Des complications liées à la performance du dispositif ont également été observées: 5 cas d'épuisement prématuré de la batterie, 3 cas de défaut de communication avec le dispositif, 1 cas d'erreur de programme.

Le retrait du dispositif a été nécessaire pour 10 patients en raison de troubles cardiaques.

Sur les 3,1 ans de suivi en moyenne, 48 patients sont morts. La cause était non cardiaque pour 21, cardiaque pour 21 et inconnue pour 6. Aucun décès n'était associé au défibrillateur.

Les auteurs concluent que le défibrillateur sous-cutané S-ICD* restait sûr et effectif à 1 an post-implantation pour le traitement des arythmies ventriculaires létales, avec un faible taux de complications. Cette technique permet d'éviter le recours à une sonde introduite par voie transveineuse et prévient ainsi les complications attenantes.

"Nous ne devrions peut-être plus considérer le dispositif S-ICD* comme une technologie nouvelle ou émergente, mais bien comme une option viable pour beaucoup de patients", a commenté Jeanne Poole de l'université de Washington, dans un éditorial accompagnant l'article.

(JACC, publication en ligne du 15 août 2017)

Source : APM International

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Apnées du sommeil : la PPC sans effet sur la fonction rénale

Dépêche suivante

Fibrillation atriale avec insuffisance cardiaque: l'ablation par cathéter diminue la mortalité

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire