L'HTA réfractaire associée à un plus grand risque cardiovasculaire et de décès que l'HTA résistante

Publié le vendredi 18 septembre 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 18 septembre 2020 (APMnews) - Les patients présentant une hypertension artérielle (HTA) réfractaire, c'est-à-dire non contrôlée malgré au moins 5 médicaments antihypertenseurs, présentent un risque cardiovasculaire et de décès encore plus élevé que ceux atteints d'HTA résistante (non contrôlée par 3 antihypertenseurs), selon une étude brésilienne publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

L'hypertension résistante, définie par la non-atteinte des objectifs de pression artérielle malgré un traitement simultané par 3 antihypertenseurs de différentes classes à la dose optimale (en général un inhibiteur calcique de longue durée d'action, un IEC ou ARA-II et un diurétique) ou l'atteinte de ces objectifs avec au moins 4 antihypertenseurs après avoir écarté les causes d'une pseudorésistance, est associée à un pronostic cardiovasculaire plus mauvais que l'hypertension non résistante.

Parmi les patients résistants, certains ont un phénotype encore plus extrême et ne répondent pas à au moins 5 traitements antihypertenseurs, incluant un thiazide ou un diurétique thiazidique de longue durée d'action et un antagoniste des récepteurs des minéralocorticoïdes. Le pronostic de ces patients atteints d'HTA réfractaire reste cependant inconnu, soulignent Claudia Cardoso et ses collègues de l'université fédérale de Rio de Janeiro.

Au sein d'une cohorte prospective de 1.576 patients présentant une HTA résistante, suivie pendant 8,9 ans, ils ont identifié ceux qui présentaient une HTA réfractaire, sur la base de la pression artérielle (PA) mesurée en cabinet médical (clinique) ou ambulatoire au cours des deux premières années de suivi. Au total, 135 patients avaient une HTA réfractaire par la mesure de la PA ambulatoire et 167 par la mesure de la PA clinique.Au cours du suivi, 338 évènements cardiovasculaires sont survenus et 331 patients sont décédés, dont 196 de cause cardiovasculaire.

L'HTA réfractaire, sur la base de la mesure de la PA ambulatoire, était associée à un risque 44% plus élevé d'évènements cardiovasculaires totaux par rapport à l'HTA résistante.

Le risque d'évènement cardiovasculaire majeur (MACE) était augmenté de 68% en cas d'HTA réfractaire, basée sur la PA ambulatoire, et de 54% en cas d'HTA réfractaire basée sur la mesure clinique, par rapport à l'HTA résistante.

Le risque de décès cardiovasculaire était plus élevé de 85% et 69% en cas d'HTA réfractaire ambulatoire ou clinique, respectivement, et le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) multiplié par 2,14 et 2,03, respectivement, par rapport à l'HTA résistante.La mortalité de toute cause n'était significativement augmentée en cas d'HTA réfractaire, ni le risque d'infarctus.

Il s'agit, à la connaissance des auteurs, de la première étude prospective évaluant le risque d'évènements cardiovasculaires et de mortalité associé à l'HTA réfractaire parmi les patients présentant une HTA résistante.

"Cette étude montre, pour la première fois, que les patients ayant une HTA réfractaire ont un moins bon pronostic cardiovasculaire et vital que les patients ayant une HTA résistante mais non réfractaire. Cette étude complète la caractérisation clinique de l'HTA réfractaire, en tant que réel phénotype extrême d'échec de traitement antihypertenseur", concluent les auteurs.

Ils ajoutent que la classification de l'HTA réfractaire basée sur la mesure de la PA ambulatoire non contrôlée identifie mieux les patients à risque augmenté que la classification basée sur la PA non contrôlée clinique.

(JAHA, publication en ligne du 27 août)

Source : APMnews

 

 

 

Mots clés: Facteurs de risque Facteurs de risque

Dépêche précédente

Risque cardiovasculaire et hémorragique élevé avec les AINS après un infarctus

Dépêche suivante

Polyarthrite rhumatoïde débutante : des anomalies cardiovasculaires sont améliorées par le traitement de fond

1 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

France Ntonda dimanche 18 octobre 2020, 02:51

Bonjour. J'ai lu avec une attention particulière l'article publié. J'aimerais savoir s'il y a un temps dans le suivi du patient qui permet de déclarer la PA de celui ci, résistante ou encore réfractaire. Cordialement