NAXOS : l’étude française comparant les trois AOD

Mis à jour le mercredi 1 juillet 2020
dans

Auteur :

Orianne Weizman
CCF, Nancy

Regroupant les données du SNDS (base de données de la Sécurité Sociale française), l’étude NAXOS [1] est une étude de cohorte historique qui a inclus de 2014 à 2016 les patients de plus de 18 ans chez qui il était initié une prescription d’AOD dans les 24 mois après un diagnostic de FANV. Cette étude regroupe environ 300 000 patients dont 100 000 étaient traités par rivaroxaban (50%), 80 000 par apixaban (40%) et 20 000 par dabigatran (10%). Il est intéressant de noter que les patients sous rivaroxaban et apixaban recevaient dans deux tiers des cas la pleine dose (5mg x 2/jour et 20mg x 1/jour respectivement) alors que les patients sous dabigatran recevaient dans plus de 50% des cas la demi-dose (110mg x 2/jour). Les patients sous apixaban étaient plus âgés, à plus haut risque thromboembolique et avec un plus grand nombre de comorbidités.

Les résultats montrent une plus grande efficacité et sécurité de l’apixaban pleine dose par rapport aux AVK, comme l’avait démontré l’étude pivot ARISTOTLE [2]. Les résultats suggèrent également un profil de sécurité de l’apixaban plus intéressant que celui du rivaroxaban et comparable au dabigatran. Ces résultats concernent la comparaison entre AOD à pleines doses. Pourtant, la proportion de patients sous dabigatran dose réduite est très importante (>50%) contrairement aux deux autres molécules. Ce résultat soulève le problème de la juste prescription de ces molécules. Ainsi, dans l’étude PAROS [3], 70% des patients ne prenaient pas le dosage auquel ils étaient éligibles selon le résumé des caractéristiques produits. Cette information doit donc être prise en compte dans les études de vraie vie afin de ne pas sous-estimer l’efficacité du traitement non correctement prescrit.

 Figure 1 : résultats de l’étude NAXOS comparant efficacité et sécurité (versus AVK) des 3 AODs à doses standards. Adaptée de Picard F et al. Evaluation of Apixaban in stroke and systemic embolism prevention in patients with non-valvular atrial fibrillation in clinical practice Setting in France, rationale and design of the NAXOS: SNIIRAM study. Clin Cardiol 2019;42:851–9. [1]

Bibliographie         

  1. Picard F, Van Ganse E, Ducrocq G, Danchin N, Falissard B, Hanon O, et al. EvaluatioN of ApiXaban in strOke and systemic embolism prevention in patients with non-valvular atrial fibrillation in clinical practice Setting in France, rationale and design of the NAXOS: SNIIRAM study. Clin Cardiol 2019;42:851–9.
  2. Granger CB, Alexander JH, McMurray JJV, Lopes RD, Hylek EM, Hanna M, et al. Apixaban versus Warfarin in Patients with Atrial Fibrillation. N Engl J Med 2011;365:981–92.
  3. Falissard B, Picard F, Mahe I, Hanon O, Touzé E, Danchin N, et al. Apixaban for prevention of stroke and systemic embolism in patients with non-valvular atrial fibrillation in France: The PAROS cross-sectional study of routine clinical practice. Arch Cardiovasc Dis 2019;112:400–9.

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim

Boehringer Ingelheim