SCOT-HEART : impact du coroscanner sur le risque d’infarctus du myocarde à 5 ans

Publié le mercredi 29 août 2018

Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) 2018

Théo Pezel

Le résumé de l’étude SCOT-HEART, publiée dans le New England Journal of Medicine et sélectionnée dans études inédites de l’ESC 2018, vous est présentée par le membre du CCF Théo Pezel, interne en cardiologie à Paris.

Le coroscanner est préconisé dans les recommandations de l’ESC pour l’évaluation d’un patient symptomatique d’angor stable, en cas de probabilité intermédiaire (IIa) ou de faible probabilité (IIb) de cardiopathie ischémique. Son intérêt majeur est sa valeur prédictive négative proche de 96% dans la littérature, qui permet de rassurer le clinicien devant un examen sans anomalie. Cependant, les bénéfices cliniques au long cours de sa mise en place dans notre stratégie diagnostique pour le patient restent inconnus.

Infographie résumée de l’étude SCOT-HEART

Figure 1 : Infographie résumée de l’étude SCOT-HEART (ESC 2018)

L’objectif de l’étude

L’objectif était d’évaluer les bénéfices cliniques de la mortalité cardiovasculaire et d’IDM non mortel à 5 ans de suivi de l’évaluation d’une douleur thoracique stable, en comparant deux groupes de patients évalués selon une stratégie diagnostique standard ou avec un scanner coronaire.

La méthode utilisée

L’essai SCOT-HEART est ouvert, multicentrique, réalisé en en groupes parallèles, incluant des patients présentant une douleur thoracique stable randomisés en deux groupes : « stratégie diagnostique standard » versus « stratégie diagnostique avec coroscanner ».

Le critère composite principal comprenait le décès d’origine cardiovasculaire ou l’infarctus du myocarde (IDM) non mortel à 5 ans.

Les investigations, les traitements et les résultats cliniques ont été évalués sur une période de suivi allant de 3 à 7 ans.

Les résultats de l’étude

Sur la population

4 146 patients présentant une douleur thoracique stable ont été randomisés en deux groupes :

  • 2 073 patients dans le groupe « stratégie diagnostique standard »
  • 2 073 patients dans le groupe « stratégie diagnostique avec coroscanner »

La durée médiane du suivi était de 4,8 ans.

Sur le critère de jugement principal composite 

Le taux de survenue de décès d’origine cardiovasculaire ou d’infarctus du myocarde non mortel à 5 ans était plus faible dans le groupe « stratégie diagnostique avec coroscanner » que dans le groupe « stratégie diagnostique standard » (respectivement 48 patients (2,3%) contre 81 patients (3,9%) soit un Hazard ratio = 0,59 ; IC 95% = [0,41 – 0,84] ; p = 0,004) (Figure 2).

Différence d’incidence cumulée de survenue du critère de jugement principal composite entre les deux groupes (SCOT-HEART)

Figure 2 : Différence d’incidence cumulée de survenue du critère de jugement principal composite entre les deux groupes (SCOT-HEART, ESC 2018)

Conclusion

L’étude SCOT-HEART montre que la mise en place du coroscanner de façon systématique dans notre stratégie diagnostique d’évaluation de l’angor stable permet une réduction significative du taux de mortalité cardiovasculaire ou d’infarctus du myocarde non mortel à 5 ans, tout en conduisant forcément à un taux plus élevé de coronarographie et de revascularisation coronaire.

Références bibliographiques

David E. Newby, M.D., Philip D. Adam son, M.D., Colin Berry, M.D. et al. ; Coronary CT Angiography and 5-Year Risk of Myocardial Infarction ; August 26 2018; NJEM

Toute l'actualité de l'ESC 2018