HARP-MINOCA : l’utilisation de l’imagerie multimodale chez la femme permet d’identifier 85% des causes des infarctus sans obstruction coronaire

Publié le dimanche 15 novembre 2020
dans

Auteur :
Professeur Gilles Barone Rochette
CHU Grenoble Alpes, Grenoble

 

AHA 2020
En direct de l'AHA Congress 2020

D’après la présentation d'Harmony Reynolds (New-York, États-Unis), "Heart Attack Research Program-Myocardial Infarction with Non-Obstructive Coronary Arteries". 

Les infarctus du myocarde sans lésions coronaires obstructives (MINOCA) représentent 6 à 15% des infarctus du myocarde avec une surexpression chez la femme. Le pronostic reste péjoratif avec 24% de MACE à 4 ans et une mortalité de 11% à 5 ans. Ainsi il est important de bien identifier le mécanisme physiopathologique responsable du MINOCA pour mettre en place un traitement adapté.

Méthodes

Sur 16 sites, 301 femmes présentant un infarctus du myocarde ont subi une angiographie coronaire invasive, et 170 d'entre elles présentaient une sténose < 50 % sur le réseau coronaire. Une dissection coronaire apparente en angiographie était un critère d’exclusion. Les 170 patients ont alors bénéficié d’une analyse par OCT et IRM cardiaque pour identifier le mécanisme du MINOCA.

Résultats

L’âge moyen était de 60 ans (52±69) ; 145 patientes ont bénéficié d’une analyse OCT permettant d’identifier dans 46 % la lésion responsable. L’IRM a été réalisée pour 116 patientes. Elle a permis d’identifier une cause ischémique dans 52% des cas, une cause non ischémique dans 21%, elle était normale dans 25%. L’analyse de L’IRM seule permettait d’identifier 74% des causes, OCT seul 46% et la combinaison des deux identifiait le mécanisme du MINOCA dans 84,5% des cas. Cette association était plus discriminante que l'OCT seul (p = .001) et l’IRM seule (p = .001). Chez 44 % des patientes une lésion ischémique en IRM était identifiée sans lésion responsable en OCT faisant évoquer la responsabilité d’un spasme coronarien ou une cause thromboembolique.

Conclusions

L’OCT et l’IRM ont fourni des informations diagnostiques utiles indépendamment et en combinaison permettant l'identification dans la majorité des cas du mécanisme physiopathologique précis du MINOCA permettant de choisir le bon traitement pour les patientes. Cette séquence d’imagerie multimodale pourrait se généraliser dans nos algorithme de prise en charge.

 

 

Pour en savoir plus, consultez l'étude parue en langue anglaise dans Circulation : "Coronary Optical Coherence Tomography and Cardiac Magnetic Resonance Imaging to Determine Underlying Causes of MINOCA in Women"

 

Toute l'actualité de l'AHA 2020

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim - Lilly et Vifor Pharma

Boehringer Ingelheim

 

Groupe Vifor Pharma
Vifor France