Essai ADAPTABLE : la faible dose d'aspirine fait aussi bien que la forte dose en prévention secondaire

Mis à jour le jeudi 20 mai 2021
dans
Orianne Weizman

Auteur :
Orianne Weizman
Nancy

A.A. Hagège

Relecture :
Pr Albert Hagège
Paris

ACC21 sur Cardio-online
En direct du congrès de l'ACC 2021

D'après la présentation de William Schuyler Jones et al. (Durham, États-Unis) : "Aspirin Dosing: A Patient-centric Trial Assessing Benefits And Long-term Effectiveness Trial".

Contexte

La dose appropriée d’aspirine permettant de diminuer le risque de décès, d’infarctus du myocarde et d’AVC tout en minimisant les saignements majeurs reste sujette à controverse. La Société Européenne de Cardiologie recommande la faible dose d’aspirine (80mg), mais le Collège de Cardiologie Américain et la Société Américaine de Cardiologie ne se prononcent pas directement sur le dosage recommandé chez les patients déjà porteurs d’une pathologie cardiovasculaire.

Méthodes

ADAPTABLE est un essai contrôlé randomisé, pragmatique, en ouvert incluant 15 000 patients sur participation volontaire dans 40 centres des États-Unis qui visait à étudier l’efficacité et la sécurité de l’aspirine faible dose (81mg) versus 325mg par jour, parmi les patients porteurs d’une maladie cardiovasculaire. Les patients inclus devaient avoir une maladie cardiovasculaire confirmée, avant tout infarctus du myocarde, angioplastie ou revascularisation chirurgicale associée à au moins un facteur de sur-risque cardiovasculaire. Les sujets éligibles étaient randomisés dans le groupe 81mg ou 325mg (ratio 1/1) et étaient suivis tous les 3-6 mois. Le critère de jugement primaire d’efficacité était un composite de la mortalité toute cause, des hospitalisations pour infarctus du myocarde ou AVC. Le critère primaire de sécurité comprenait la survenue d’une hospitalisation pour saignement majeur (i.e saignement nécessitant une transfusion).

Résultats

15 076 patients (âge moyen 68 ans, 31% de femmes) ont été inclus d’avril 2016 à juin 2019 avec une durée médiane de suivi de 26 mois. La quasi totalité des patients (N=13 500, 96%) étaient déjà sous aspirine avant randomisation dont 85% sous faible dose (81mg).  Le taux de décès dans le groupe 325mg était estimé à 7.5% versus 7.3% dans le groupe 81mg (HR 1.02, 95% CI [0.91-1.14]), sans différence significative (Figure 1). On ne retrouvait pas non-plus de différence significative entre les 2 groupes sur le critère de sécurité : les hospitalisations pour saignement majeur (HR 1.18, 95% CI [0.79-1.77], Figure 2). Cependant, les patients dans le groupe 325mg changeaient souvent de dose (42% de switch dans le groupe 325mg vs. 7% dans le groupe 81mg) ou stoppaient leur traitement (11% d’arrêt dans le groupe 325mg vs. 7% dans le groupe 81mg) et étaient donc moins longtemps exposés à la dose qui leur était assignée.

Conclusions

Cet essai pragmatique en vraie vie a inclus un grand nombre de patients porteurs d’une maladie cardiovasculaire établie sous Aspirine. Il n’existait pas de différence significative sur les évènements cardiovasculaires ou les saignements majeurs entre le faible dosage (81mg) et la dose moyenne (325mg). Une proportion non négligeable des patients sous 325mg d’aspirine changeait pour la faible dose ou stoppait leur traitement. L’impact du dosage pris par les patients avant l’inclusion dans l’étude, les préférences du médecin, du patient ou les récentes recommandations sur l’antiagrégation plaquettaire sont autant de facteurs liés au design ouvert de l’étude qui ont pu jouer un rôle sur le switch ou l’arrêt du traitement.

Figure 1

 

Figure 2

 

Toute l'actualité de l'ACC 2021

 

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de :

Alliance BMS - Pfizer