EuroPCR 2021 : traitement percutané de l’insuffisance mitrale

Mis à jour le jeudi 15 juillet 2021
dans
Martine Gilard

Auteur :
Pr Martine Gilard
Brest

Romain DIDIER

Auteur :
Dr Romain Didier
Brest

 

Bien que la prise en charge « standard » de l’insuffisance mitrale (IM) reste la chirurgie par plastie ou remplacement valvulaire mitral, 50% des patients porteurs d’une IM sévère ne sont pas référés à la chirurgie devant de multiples comorbidités. Ainsi, le développement de la réparation ou du remplacement valvulaire mitral percutané permet de prendre en charge les patients non opérables. Cependant, les résultats cliniques du traitement percutané mitral sont fortement dépendants du mécanisme de l’IM. Ainsi, en présence d’une IM dite primaire avec une atteinte de l’appareil valvulaire, les résultats cliniques sont très positifs. Par contre, les résultats sont plus mitigés en présence d’une insuffisance secondaire où l’on observe un remodelage du ventricule gauche et/ou de l’atrium gauche par augmentation chronique du volume cardiaque avec un appareil valvulaire intact.

La réparation percutanée de la valve mitrale

La réparation percutanée dite "bord à bord" de la valve mitrale a été largement présentée, avec une discussion des indications des principaux résultats cliniques. Pour chaque système, les étapes clefs ont été détaillées de façon très didactique avec des astuces pratiques pour faciliter les procédures. La session du 20 mai en Main Arena (15h35 -17h00) pour le MitraClip (Abbott Vascular) ou la session du 18 mai sur la chaîne valvulaire (14h00 à 15h30) pour le système PASCAL (Edwards Lifesciences).

Il faut savoir que d’autres techniques existent, comme l’annuloplastie percutanée avec les systèmes d’annuloplasties indirectes (Carillon Mitral Contour System ou l’ARTO system) ou les systèmes d’annuloplasties directes (Cardioband Mitral System ou Millipede system). De plus, la réparation de cordage percutanée est possible avec le NeoChord ou le HARPOON system.

Le remplacement percutané de la valve mitrale

Durant les 10 dernières années, plusieurs solutions de réparation valvulaire percutanée ont été développées pour traiter les IM sévères, avec une importante efficacité et sécurité. Cependant, certaines situations anatomiques ne permettent pas de proposer une réparation percutanée optimale, comme la présence de calcification valvulaire mitrale ou encore un mécanisme de restriction valvulaire majeur.

Actuellement, les données de la littérature sur le remplacement percutané de la valve mitrale restent limitées. Cependant, les premières données des premiers patients porteurs d’une IM majoritairement d’origine secondaire, ayant bénéficié de l’implantation percutanée d’une valve mitrale avec l’une des 7 technologies disponibles sont encourageantes avec une mortalité opératoire de 2%, une mortalité à 30 jours de 13%, un taux de succès de la procédure de 92% et un phénomène obstructif de la chambre de chasse a été retrouvé dans 4 % des cas (30954209). Le système ayant le plus d’expérience clinique à ce jour est le Tendyne (Abbott Vascular) qui a été présenté lors de la session du 18 mai de 12h à 13h.

Lors d’une dégénérescence d’une bioprothèse mitrale chirurgicale, le traitement devient le traitement par valve-in-valve (session du 18 mai, chaîne valvulaire de 15h30 à 17h).

Late breaking trial durant EuroPCR 2021

CLASP-Study : le système PASCAL démontre une bonne efficacité et sécurité à 2 ans dans la réparation percutanée de l’insuffisance mitrale.
D’après une présentation de Molly Szerlip à l’EuroPCR avec une publication simultanée dans le JACC Cardiovascular Intervention.

La réparation percutanée de l’insuffisance mitrale (IM) a une place croissante dans l’arsenal thérapeutique. L’étude CLASP (Edwards PASCAL TrAnS-catheter Mitral Valve RePair System) avait montré la faisabilité et la sécurité de ce système dans le traitement percutané de l’insuffisance mitrale, qu'elle soit primaire (IMP) ou secondaire (IMS), chez 109 patients à 1 an en multicentrique (Webb JGJ Am Coll Cardiol Intv, 2020 ;13 : 2344-2357). Molly Szerlip a présenté les résultats à 2 ans. Cette étude a inclus en multicentrique des patients symptomatiques ayant une IM ≥ grade 3. Un core-lab échocardiographique indépendant a réalisé les analyses.

À 2 ans, on note une survie de 80% (72% IMS, 94% IMP). Par ailleurs, 84% des patients ne sont pas réhospitalisés pour insuffisance cardiaque (78% IMS, 97% IMP). Une IM ≤ 1 est obtenue chez 78% des patients (84% IMS, 71% IMP) et IM ≤ 2 chez 97% des patients (95% IMS, 100% IMP) (p<0.001). On note également, une réduction du volume du ventricule gauche significative de 33 ml (p<0.001). Enfin, 93% des patients sont devenus pauci-symptomatiques [New York Heart Association functional class I to II (p<0.001)].

Cette étude confirme à 2 ans la sécurité et l’efficacité du système PASCAL dans le traitement de l’IM qu'elle soit secondaire ou primaire.

 

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "EuroPCR 2021 : prise en charge percutanée des patients valvulaires, où en sommes-nous ?"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel d'Edwards Lifesciences

 
La thématique Cardiologie interventionnelle reçoit le soutien de
Philipslogo