Dossier spécial : diabète et insuffisance cardiaque

Mis à jour le mardi 26 janvier 2021
dans

On pourrait taxer le lien du diabète et des maladies cardiovasculaires d’ "association de malfaiteurs" et certainement, on ne se tromperait pas. Si le lien entre diabète et maladie athéromateuse est particulièrement connu et fait l’objet de nombreux travaux, celui entre diabète et insuffisance cardiaque l’est moins et pourtant ! Le diabète est un facteur de risque majeur d’insuffisance cardiaque. Dans les essais portant sur les hypoglycémiants, on a dénombré jusqu’à 30 % d’insuffisants cardiaques. Chez les diabétiques, l’insuffisance cardiaque est souvent méconnue et pourtant le risque d’insuffisance cardiaque est 2 à 5 fois plus important. Les sujets ayant une insuffisance cardiaque, quant à eux, vont plus souvent présenter un diabète en raison d’un état d’insulino-résistance ou encore d’une large utilisation des thiazidiques. De manière globale, on a estimé qu’en ambulatoire, 36 % des patients en insuffisance cardiaque sont diabétiques et jusqu’à 50 % s’ils sont hospitalisés pour une décompensation cardiaque aigüe. Cette interaction entre les deux pathologies doit donc conduire tout naturellement à une collaboration étroite entre diabétologues et cardiologues, les études récentes viennent nous le confirmer.

SergeKownator

Dr Serge Kownator

Articles

L'avis du diabétologue

Le traitement du diabète s’est enrichi dans les dernières années de nouvelles classes thérapeutiques, les analogues du GLP1 d’une part, les inhibiteurs des SGLT2 d’autre part. Toutes deux, validées dans le traitement du diabète, ont démontré un intérêt tout particulier sur la survenue des évènements cardiovasculaires et notamment en ce qui concerne les inhibiteurs de SGLT2 dans l’insuffisance cardiaque. Ainsi donc se profile une nouvelle stratégie thérapeutique chez le diabétique insuffisant cardiaque mais pas uniquement. En effet, suite aux essais dans le diabète dont les résultats de « safety » ont montré un bénéfice dans l’insuffisance cardiaque, ce sont des études dans l’insuffisance cardiaque chez le diabétique et le non diabétique qui ont amené un nouveau contingent de résultats favorables.

Patrice Darmon

Pr Patrice Darmon

L'avis du cardiologue

Les données observées dans les trois essais, EMPA-REG OUTCOME, CANVAS et DECLARE-TIMI 58 ont conduit tout naturellement à mener d’autres études visant à déterminer si ces résultats pouvaient être étendus aux patients non diabétiques. Parmi ces essais, l’étude EMPEROR-Reduced, présentée au dernier congrès de l’ESC est venue renforcer des données qui avaient déjà été amorcées avec l’étude DAPA-HF. Du diabète à l’insuffisance cardiaque il n’y a donc qu’un pas !

Pierre Sabouret

Dr Pierre Sabouret

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim

Boehringer Ingelheim - Lilly