Covid-19 sévère : en cas d'élévation de la troponine, près de la moitié des patients ont ensuite des lésions cardiaques

Publié le jeudi 18 février 2021
dans
APM news

LONDRES, 18 février 2021 (APMnews) - Environ la moitié des patients hospitalisés pour une forme sévère de Covid-19 et qui avaient une élévation de la troponine cardiaque présentent des lésions cardiaques détectables à l’IRM au moins un mois après, selon une étude britannique publiée jeudi dans l’European Heart Journal (EHJ).

L’élévation de la troponine est courante chez les patients hospitalisés pour Covid-19, mais les étiologies sous-jacentes sont mal définies.

Dans une étude multicentrique, Tushar Kotecha du Royal Free London NHS Foundation Trust à Londres et ses collègues ont évalué par IRM cardiaque la présence, le type et l’étendue des lésions myocardiques, dans une cohorte de 148 patients survivant à une forme sévère de Covid-19 ayant nécessité une hospitalisation et qui présentaient une élévation de la troponine.

Ces patients ont été comparés à des patients contrôles appariés pour l’âge, le sexe, le diabète, l’hypertension mais sans suspicion clinique de lésion cardiaque (infarctus du myocarde ou myocardite) et qui n’avaient pas été infectés par le Sars-CoV-2, et à 40 volontaires sains (sans antécédent de maladie cardiaque ou hypertension).

Parmi les patients convalescents âgés de 64 ans en moyenne (70% d’hommes), 32% avaient eu besoin d’une assistance respiratoire lors de leur hospitalisation. Leur niveau de troponine T ultrasensible était de 20 ng/L à l’admission, avec un pic à 26 ng/L, et celui de troponine I ultrasensible de 39 ng/L avec un pic à 43 ng/L.

Tous ont effectué une IRM cardiaque après leur sortie de l’hôpital, 68 jours en médiane après le diagnostic de Covid-19.

La fonction ventriculaire gauche était normale chez 89% des patients (fraction d’éjection à 67%).

Mais l’IRM cardiaque a détecté une anomalie cardiaque chez 54% des patients. Dans 26% des cas, il s’agissait d’une lésion d'origine inflammatoire, dans 22% des cas d’une lésion de nature ischémique et dans 6% des cas, les deux types de lésions étaient présentes.

Parmi les patients qui ne présentaient pas d’anomalie cardiaque, 51% ont passé un scanner et la moitié d’entre eux présentaient une embolie pulmonaire, contre 43% chez les patients présentant une anomalie cardiaque.

Les lésions de type myocardite étaient limitées à 3 segments ou moins dans 88% des cas sans dysfonction myocardique gauche associée. Chez 30% patients présentant une lésion de type myocardite, l’inflammation était toujours active.

Ni les niveaux des troponines à l’admission ni les pics ne permettaient de prédire un diagnostic de myocardite.

Parmi les 28% de patients présentant une anomalie de type ischémique, il s’agissait de lésions de type infarctus du myocarde dans 19% des cas.

En outre, chez les patients qui ont subi une IRM de perfusion myocardique sous stress (par injection d’adénosine), 26% présentaient une ischémie inductible par le stress.

Les auteurs soulignent que 66% des patients qui présentaient des lésions ischémiques n’avaient pas d’antécédent de maladie coronaire.

Les auteurs soulignent que l’on ne sait pas si ces observations mettent en exergue des pathologies cliniquement silencieuses préexistantes ou s’il s’agit de nouvelles atteintes liées au Covid-19.

Aucun oedème diffus ou fibrose n'a été détecté.

Seuls les patients survivants ont été inclus dans cette étude, ce qui pourrait constituer un biais.

Les auteurs soulignent que les différents types d'anomalies cardiaques découverts après le Covid-19 suggèrent de multiples mécanismes sous-jacents. Des travaux complémentaires seront nécessaires pour comprendre leur développement.

Source: APMnews

Mots clés: Imagerie Imagerie , Prévention Prévention

Dépêche précédente

Une réduction de 20% des admissions hospitalières pour infarctus du myocarde pendant le premier confinement

Dépêche suivante

Covid-19 : les patients déjà sous anticoagulant avant l'hospitalisation ont une sévérité diminuée

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire