Covid-19 : pas de hausse du risque d'événement cardiovasculaire grave après injection de Comirnaty* chez les personnes âgées

Publié le jeudi 22 juillet 2021
dans
APM news

PARIS, 19 juillet 2021 (APMnews) - Il n'y a pas d'augmentation du risque d'événement cardiovasculaire grave dans les 14 jours suivant l'administration du vaccin Comirnaty* (Pfizer/BioNTech) chez les personnes de 75 ans et plus, selon les résultats d'une étude pharmaco-épidémiologique française, conduite à partir des données du système national des données de santé par le groupement d'intérêt scientifique Epi-Phare et publiée lundi.

Les vaccins anti-Covid-19 font l'objet d'un dispositif de pharmacovigilance renforcé inédit en France. Les centres régionaux de pharmacovigilance établissent des rapports réguliers qui analysent l'ensemble des événements indésirables déclarés.

Dans ce cadre, les CRPV chargés du vaccin Comirnaty* (Marseille et Bordeaux, depuis le début du suivi, désormais accompagnés par Toulouse et Strasbourg) ont identifié puis confirmé un signal d'hypertension artérielle et des signaux potentiels d'événements cardiovasculaires, thrombo-emboliques et hémorragiques.

Marie-Joëlle Jabagi et ses collègues du GIS Epi-Phare, constitué par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), ont quantifié les risques de survenue de quatre événements cardiovasculaires -infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ischémique, accident vasculaire hémorragique et embolie pulmonaire- dans un délai court après administration du vaccin à partir des données du SNDS couplées à celles du système d'information des vaccins anti-Covid-19 VAC-SI.

Pour ce faire, ils ont employé la méthode des séries de cas autocontrôlés en incluant toutes les hospitalisations pour les quatre événements cardiovasculaires d'intérêt survenues chez les personnes de 75 ans et plus vaccinés et non vaccinés entre le 15 décembre 2020 et le 20 mars 2021. Ils ont pris en compte les événements survenus dans les 14 jours suivant l'administration du vaccin pour les deux doses. Les cas incidents étaient ceux apparus dans les 14 jours après vaccination. Ils étaient comparés à ceux survenus dans toutes les autres périodes témoins.

L'analyse a permis de constater que le vaccin Comirnaty* n'entraînait pas d'augmentation significative du risque d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique, d'accident vasculaire hémorragique ou encore d'embolie pulmonaire dans les 14 jours suivant l'injection, que ce soit après la première ou la deuxième dose, chez les sujets âgés de 75 ans.

"À notre connaissance, il s'agit de la première étude mesurant le risque d'événements cardiovasculaires en lien avec le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer/BioNTech à l'échelle de l'ensemble d'une population au niveau national", affirment les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire