L'endométriose associée à un léger surrisque d'évènement cardiovasculaire

Publié le mercredi 15 décembre 2021
dans
APM news

STOCKHOLM, 14 décembre 2021 (APMnews) - L'endométriose est associée à un risque ultérieur augmenté de maladie cardiovasculaire, selon une étude canadienne présentée vendredi au congrès de la Society of Endometriosis and Uterine Disorders (SEUD) à Stockholm.

L'endométriose, qui touche 10% des femmes, est associée à une inflammation chronique systémique, un stress oxydatif accru et un profil lipidique athérogène. La prise en charge de l'endométriose elle-même peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire, via les traitements médicamenteux (anti-inflammatoires non stéroïdiens -AINS-, opioïdes chroniques), médicaux et chirurgicaux induisant une ménopause artificielle, souligne Jessica Blom de la Queen's University à Kingston (Ontario), dans sa présentation.

Elle a étudié avec ses collègues l'association entre diagnostic d'endométriose et risque ultérieur de maladie cardiovasculaire, au sein d'une population canadienne diversifiée. Ont été incluses les femmes ayant eu un diagnostic médical ou chirurgical d'endométriose entre 1993 et 2015, de 18 à 50 ans, sans antécédent de maladie cardiovasculaire. Pour chaque cas, deux contrôles, sans diagnostic d'endométriose, ont été appariées pour l'âge et la zone géographique.

L'étude a comparé 166.853 femmes ayant un diagnostic d'endométriose à 333.706 femmes non exposées. Il s'agit de la plus large population étudiée à ce jour sur ce sujet.

Le risque d'hospitalisation liée à un évènement cardiovasculaire majeur (infarctus, insuffisance cardiaque, intervention coronaire percutanée, pontage coronaire, cardiopathie ischémique, maladie cérébrovasculaire) était significativement augmenté de 14% chez les femmes ayant une endométriose par rapport aux contrôles.

Les chercheurs ont aussi mis en évidence une augmentation significative de 26% du risque d'évènement cardiovasculaire d'intérêt (cathétérisme cardiaque, angor instable, accident vasculaire cérébral -AVC- ischémique, AVC hémorragique, accident ischémique transitoire, anévrisme de l'aorte abdominale, artériopathie périphérique, stent).

Le risque de visite aux urgences pour un problème lié à une maladie cardiovasculaire était augmenté de 28%.

Pour ces trois critères, les courbes de survie de Kaplan-Meier sur vingt-cinq ans (vingt ans pour le risque de visite aux urgences) se séparaient progressivement au cours du temps, les évènements survenant plus tôt chez les femmes ayant une endométriose.

"L'endométriose est associée à un risque significativement augmenté de survenue plus précoce de maladie cardiovasculaire. Par conséquent, les patientes ayant une endométriose représentent une population d'individus à haut risque, candidats à un dépistage précoce ciblé de la maladie cardiovasculaire et une intervention éventuelle", conclut Jessica Blom.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

Dépêche suivante

Le risque d'hospitalisation pour Covid-19 plus que doublé chez les hypertendus malgré la vaccination

1 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

BRAHIMA CISSE samedi 18 décembre 2021, 19:56

Bonsoir,
Quand est-ce en Afrique serons-nous à même de réaliser de telles études.
Merci à cardio ondine pour la mise à jour.