Micronutriments et prévention cardiovasculaire: oui aux omega-3, acide folique et CoQ10, non aux vitamines A, C, D et E (méta-analyse)

Publié le jeudi 29 décembre 2022
dans
APM news

WASHINGTON, le mardi 27 décembre 2022 - Une vaste méta-analyse sur les essais randomisés qui ont évalué l'intérêt de supplémentations en différents micronutriments dans un but de prévention cardiovasculaire montre que si certains ont un effet positif, d'autres n'ont pas d'effet, voire ont un effet délétère, et les auteurs de ce travail insistent sur la nécessité d'avoir une alimentation avec une diversité de micronutriments plutôt que des supplémentations avec un choix restreint.

Cette méta-analyse, conduite par Peng An, de l'université d'agriculture de Péki,n et ses collègues, est publiée par le Journal of the American College of Cardiology (JACC).

Il a été montré que des régimes alimentaires comme le régime méditerranéen ou le régime DASH, pauvres en acides gras saturés et en sel et riches en acides gras insaturés et en micronutriments, ont un effet positif en prévention des maladies cardiovasculaires, ce qui a conduit des sociétés savantes à les recommander. Mais dans ces régimes, les micronutriments sont issus de la consommation de fruits et légumes divers, dans leur forme naturelle. Or, aux Etats-Unis notamment, la consommation de micronutriments reste principalement basée sur la prise de compléments alimentaires, ainsi que la consommation de thé, et de ce fait il y a un manque de diversification.

Pour apporter une meilleure information sur les bénéfices ou l'absence de bénéfices de ces micronutriments et ainsi inciter à un meilleur choix et à une diversification, les chercheurs ont étudié, dans une vaste méta-analyse de 884 essais randomisés contrôlés, les effets de nombreuses supplémentations sur le risque cardiovasculaire.

Ils apportent des informations qui, globalement, confirment ce qui était déjà connu, mais permettent d'avoir un panorama large.

Ils arrivent à la conclusion que les acides gras omega-3 ont bien un bénéfice, diminuant de 7 % la mortalité cardiovasculaire, de 15 % le risque d'infarctus du myocarde, et de 14 % le risque d'événement coronaire.
La supplémentation en acide folique a quant à elle un bénéfice sur les accidents vasculaires cérébraux (AVC), diminuant leur risque de 16 %.
Le co-enzyme Q10 a diminué la mortalité toutes causes de 32 %.

En revanche, des vitamines souvent consommées en supplémentation, comme les vitamines C, D et E, ainsi que le sélénium, n'ont pas eu d'effet bénéfique sur les risques de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.

Quant au bêta-carotène - précurseur de la vitamine A - la supplémentation s'avère délétère, augmentant de 10 % la mortalité toutes causes confondues, de 12 % la mortalité cardiovasculaire et de 9 % le risque d'AVC.

Ces micronutriments sont les seuls pour lesquels des données sur les événements cliniques sont disponibles. Un certain nombre d'autres ont toutefois été évalués sur des facteurs de risque tels que la pression artérielle, le profil lipidique et la glycémie. Sur la pression artérielle, un effet positif a été observé, outre l'acide folique et le co-enzyme Q10, avec des acides aminés comme l'arginine et la citrulline, le magnésium, des polyphénols comme le flavonol, la quescetine et le resvératrol.

Un effet favorable sur le profil lipidique (baisse du LDL-cholestérol et/ou des triglycérides et/ou hausse du HDL-cholestérol) est observé pour les acides gras omega-3 et omega-6, l'acide folique, la vitamine E et des polyphénols.

Pour la régulation de la glycémie (sur les critères de taux d'hémoglobine glyquée, de glycémie à jeun et/ou d'insulinémie à jeun), notamment l'arginine, l'acide folique, les vitamines D et E, le zinc et plusieurs polyphénols avaient un effet favorable.

Toutefois, un nombre significatif d'études étaient de qualité mauvaise.

L'ensemble de ces données est regroupé dans un tableau par les auteurs:

Tout en considérant qu'il y a encore besoin d'essais interventionnels de qualité élevée pour bien établir l'intérêt clinique et la sécurité des différents micronutriments, les auteurs concluent en estimant que ces résultats "soulignent l'importance d'une diversité des apports en nutriments et de la balance entre les bénéfices et les risques dans l'élaboration d'un profil alimentaire".

(JACC, vol.80, n°24, p2269-2285)

Source: APMnews

Mots clés: Prévention Prévention

Dépêche précédente

Syndrome coronaire aigu : la mortalité extrahospitalière reste majoritaire en France

Dépêche suivante

Trop peu de patients ont une réadaptation cardiaque après un syndrome coronaire aigu

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire