Imagerie de la maladie coronaire stable : le scanner fait aussi bien que la coronarographie, avec moins de complications

Publié le mardi 8 mars 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 4 mars 2022 (APMnews) - Le scanner thoracique présente des avantages par rapport à la coronarographie pour l'évaluation par imagerie de la maladie coronaire stable, avec moins de complications et moins de revascularisations, montre une étude randomisée publiée en ligne jeudi par le New England Journal of Medicine (NEJM).

Si la coronarographie reste actuellement l'examen de référence pour évaluer le degré d'obstruction artérielle dans la maladie coronaire stable, le scanner, méthode non invasive, a montré son intérêt dans de nombreuses études. Dans l'essai DISCHARGE, Pal Maurovich-Horvat du Heart and Vascular Center à Budapest et ses collègues ont comparé les deux techniques.

Ils ont randomisé 3.561 patients souffrant de douleurs thoraciques et dont les premiers examens suggéraient avec une "probabilité intermédiaire" qu'il pouvait s'agit d'une maladie coronaire. Ils ont été randomisés entre la coronarographie et le scanner.

Le critère primaire d'efficacité de l'étude était le risque d'événement cardiovasculaire majeur (décès de cause cardiovasculaire, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) à 3,5 ans de suivi. Un événement est survenu chez 2,1% des patients ayant eu un scanner comme examen des coronaires et chez 3% de ceux ayant eu une coronarographie. La différence n'est pas statistiquement significative.

Le pourcentage de patients présentant des symptômes d'angor à la fin du suivi était similaire: 8,8% dans le groupe évalué initialement par scanner et 7,5% dans le groupe coronarographie.

Cette efficacité équivalente des deux techniques est obtenue alors que les patients évalués par scanner ont ensuite eu moins souvent une revascularisation coronaire: 14,2% contre 18% de ceux qui ont été évalués par coronarographie.

Le scanner a présenté un avantage sur les complications de la procédure: seuls 0,5% des patients ont eu une complication alors que ce fut le cas de 1,9% avec la coronarographie.

Source: APMnews

Mots clés: Coronaire Coronaire , Imagerie Imagerie

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire