GHU Henri-Mondor: l'AP-HP précise son projet de pôle cardiologique médico-chirurgical

Publié le jeudi 28 janvier 2021
APM news

PARIS, 21 janvier 2020 (APMnews) - L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) ambitionne de développer le pôle cardiologie du groupe hospitalo-universitaire (GHU) Henri-Mondor dans le cadre d'un projet médico-chirurgical, en lien avec un projet bi-sites pour la chirurgie cardiaque avec l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, expliquent jeudi dans un communiqué le directeur général de l'institution, Martin Hirsch, ainsi que la gouvernance du GHU.

Le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, a annoncé sa décision, dans un courrier adressé début janvier à l'Agence de la biomédecine (ABM), d'arrêter les greffes cardiaques sur le site de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil et de transférer cette activité sur le site de la Pitié-Salpêtrière à Paris, rappelle-t-on.

Il précisait que cette décision s'inscrivait dans le cadre des réflexions menées par les équipes des deux groupes hospitalo-universitaires (GHU) pour développer un projet transversal bi-sites (Mondor/Pitié-Salpêtrière).

Cette information a suscité de vives réactions de la Coordination de vigilance du GHU Henri-Mondor/Albert-Chenevier/Emile-Roux, qui juge cet arrêt "scandaleux et inadmissible" (cf dépêche du 19/01/2021 à 17:27).

Dans un communiqué diffusé jeudi, Martin Hirsch et la gouvernance du GHU précisent le projet de "pôle cardiologique médico-chirurgical" du GHU Henri-Mondor et d'organisation bi-sites avec l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour la chirurgie cardiaque.

"A la suite d’un rendez-vous demandé par deux députés du Val-de-Marne auprès du directeur général de l’AP-HP -Michel Herbillon [LR] et Jean-François Mbaye [LREM]- auquel était associé le maire de Créteil, Laurent Cathala |PS], le directeur général de l’AP-HP et la gouvernance de l’hôpital Henri-Mondor ont souhaité apporter des garanties et des précisions sur le processus engagé et ses ambitions", explique l'institution.

L'AP-HP "a engagé une réflexion sur la consolidation de ses activités de chirurgie cardiaque et de chirurgie interventionnelle, pour tenir comte de l'évolution des techniques, des besoins de la population et de la démographie des professionnels", exposent ainsi, dans un texte cosigné, Laurent Cathala, président du conseil hospitalier de territoire du GHU Henri-Mondor, Bertrand Godeau, président de la commission médicale d'établissement (CME) locale du GHU, Edith Benmansour, directrice du GHU, et Pierre Wolkenstein, doyen de la faculté de santé de Paris Est Créteil.

"Dans ce cadre, le GHU Henri-Mondor, porteur d'un ancrage territorial ambitieux aussi bien sur le plan hospitalier qu'universitaire, met au coeur de ses priorités un pôle cardiologique fort avec un projet médico-chirurgical où cardiologues et chirurgiens travaillent ensemble".

Cet axe est "fortement soutenu par des investissements importants réalisés pour 70 M€ avec l'ouverture du bâtiment Reine en début d'année, avec 21 salles d'opération, dont 2 salles hybrides, et par l'ouverture en 2023 d'une plateforme interventionnelle dotée de 14 salles" (cf dépêche du 12/01/2021 à 17:54).

"Notre objectif est clair", assurent les signataires. "Nous souhaitons consolider le pôle cardiologique de Mondor, développer la cardiologie interventionnelle, assurer les prises en charge des urgences cardiaques et continuer à l'inscrire dans une vision universitaire ambitieuse, en garantissant le plus haut niveau de qualité et de sécurité".

La chirurgie cardiaque est "une discipline en pleine mutation, qui a connu des difficultés sur le site d'Henri-Mondor ayant conduit, de manière volontaire, à une réflexion et une collaboration avec le service de chirurgie cardiaque de la Pitié-Salpêtrière depuis plusieurs mois", poursuivent-ils.

"Dans ce cadre nous avons demandé aux équipes de formaliser ce partenariat et de construire un projet commun bi-sites.

"L'AP-HP précise "que ce projet est confié à un binôme: le Pr Desgranges, qui dirige le département médical universitaire de chirurgie de l'hôpital Henri-Mondor et le Pr Leprince, chef du service de chirurgie cardiaque de la Pitié-Salpêtrière". Les équipes des deux sites "sont étroitement associées à ce projet et y voient un intérêt pour les deux sites", assurent-ils.

"En s'alliant, les deux hôpitaux constituent le plus important centre de chirurgie cardiaque de France, si on se fie à l'addition des activités actuelles. La synergie entre les deux services permettra de constituer un pôle visible de chirurgie cardiaque, de niveau européen, sur l'Est parisien.

"Les signataires rappellent que "le service de chirurgie cardiaque d'Henri-Mondor a arrêté, de fait, son activité de transplantation en 2020 (1 greffe réalisée et 7 en 2019), privilégiant les domaines de son expertise médico-chirurgicale".

"C'est donc l'officialisation de ce constat qui a été fait auprès de l'Agence de la biomédecine, actant le transfert de l'acte chirurgical de transplantations sur la Pitié-Salpêtrière, qui en réalise près d'une centaine par an, en soulignant que la prise en charge médicale des patients transplantés sera assurée par l'équipe de cardiologie du site.

""En aucun cas cette organisation ne remet en cause l'activité de chirurgie cardiaque sur le site de l'hôpital Henri-Mondor", affirme l'AP-HP. "Ces quelques actes (8 en deux ans) sont à mettre en regard avec l'ensemble des interventions chirurgicales cardiaques sous circulation extracorporelle, de l'ordre de 500 par an à l'hôpital Henri-Mondor.

""En résumé, il nous semble important de rassurer sur notre volonté de maintenir et de développer le pôle cardiologique et chirurgical de l'hôpital Henri-Mondor, incluant une forte activité de cardiologie interventionnelle et de chirurgie cardiaque, dans un bâtiment particulièrement adapté à ces activités, avec la préoccupation constante de bien répondre aux besoins des habitants du territoire."

"La qualité de cette démarche est d'ailleurs soulignée par les sociétés savantes qui ont été associées à sa conception", pointent-ils.

"C'est aussi l'occasion pour nous de confirmer les ambitions que nous avons pour l'hôpital Henri-Mondor, qui continuera à faire l'objet d'investissements importants et qui concilie une logique très forte de territoire -à travers un réseau de coopération remarquable avec les autres établissements- et une logique d'excellence universitaire", concluent-ils.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Hypertension: moins de risque de Covid-19 sous IEC ou ARA2 que sous inhibiteurs calciques

Dépêche suivante

Covid-19 modéré: résultats intermédiaires favorables pour les anticoagulants à "pleine dose"

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire