Une forte consommation de café associée au risque de décès cardiovasculaire en cas d'HTA sévère

Publié le mercredi 18 janvier 2023
dans
APM news

WASHINGTON, 10 janvier 2023 - Une consommation importante de café est associée à une augmentation du risque de mortalité cardiovasculaire chez les patients atteints d'hypertension artérielle (HTA) sévère, mais pas chez ceux ayant une hypertension plus modérée ou non hypertendus, selon une étude japonaise publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

"Le café peut réduire le risque d'hypertension et la mortalité dans la population générale, mais peut inversement entraîner une hausse à court terme de la pression artérielle chez les hypertendus", rappellent Masayuki Teramoto, de l'Osaka University Graduate School of Medicine, et ses collègues. Cette hausse aiguë de la pression artérielle peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire au niveau individuel.

Quant au thé vert, "il a été associé à une réduction de la pression artérielle chez les personnes ayant une pré-hypertension et une hypertension de stade 1, et à une réduction de la mortalité chez les patients ayant une maladie cardiovasculaire, ainsi que dans la population générale", ajoutent les auteurs.

Mais à leur connaissance, peu voire pas d'études ont examiné l'association entre consommation de café et mortalité cardiovasculaire dans les cas d'HTA sévère, ou si l'association entre thé vert et mortalité cardiovasculaire varie en fonction des catégories de pression artérielle.

Ils ont étudié une cohorte de 18 609 participants âgés de 40 à 79 ans au départ, suivis pendant une médiane de 18,9 ans. Les participants ont rempli un questionnaire sur le style de vie, l'alimentation et les antécédents médicaux, et ont reçu des examens de santé. Ils ont été répartis entre quatre groupes selon leur pression artérielle : optimale/normale, normale dans le haut de la fourchette (normale élevée), HTA de grade 1 (de 140 à 159 mmHg pour la pression systolique ou de 90 à 99 mmHg pour la pression diastolique), HTA de grade 2-3 (pression systolique supérieure ou égale à 160 mmHg ou pression diastolique supérieure ou égale à 100 mmHg).

Il y a eu 842 décès de maladie cardiovasculaire au cours du suivi.

Parmi les hypertendus de grade 2-3, le risque de mortalité cardiovasculaire était significativement augmenté d'un facteur 2,05, après ajustement multivarié, en cas de consommation d'au moins deux tasses de café par jour, par rapport aux hypertendus de la même catégorie ne buvant pas de café. Le risque n'était pas significativement augmenté avec une tasse par jour, ou moins d'une tasse par jour.

Dans les autres catégories de pression artérielle, la consommation de café n'était pas associée au risque de mortalité cardiovasculaire.

La consommation de thé n'était pas du tout associée à une augmentation du risque de mortalité cardiovasculaire, dans aucun groupe.

"À notre connaissance, c'est la première étude à trouver une association entre la consommation élevée de café et la mortalité cardiovasculaire chez les personnes ayant une hypertension sévère", notent les auteurs.

Ils avancent l'explication que, dans la population générale, les effets cardiovasculaires délétères de la caféine (augmentation transitoire de la pression artérielle) seraient contrebalancés par les effets bénéfiques des autres composants du café, comme l'acide chlorogénique et autres composés phénoliques, le magnésium et la trigonelline, ainsi que par le développement d'une tolérance à la caféine.

Mais chez les hypertendus, plus sensibles aux effets de la caféine, les effets délétères de cette dernière l'emporteraient sur ses effets protecteurs et augmenteraient le risque de décès en cas d'HTA sévère.

Quant au thé vert, bien qu'il contienne aussi de la caféine, son contenu en catéchines, aux effets bénéfiques, peut expliquer pourquoi aucune augmentation du risque de mortalité n'est observée en cas d'HTA sévère.

(JAHA, publication en ligne du 21 décembre 2022)

Source: APMnews

Mots clés: Facteurs de risque Facteurs de risque

Dépêche précédente

Syndrome coronaire aigu : la mortalité extrahospitalière reste majoritaire en France

Dépêche suivante

Trop peu de patients ont une réadaptation cardiaque après un syndrome coronaire aigu

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire