Fibrillation atriale : l'association d'anticoagulants et d'antiagrégants plaquettaires délétère s'il n'y a pas d'indication

Mis à jour le lundi 3 décembre 2018
dans

Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) 2018

MUNICH, 29 août 2018 (APMnews) - Il est déconseillé de prescrire un anti-agrégant plaquettaire aux patients souffrant de fibrillation atriale (FA) déjà sous anticoagulant oral s'il n'y a pas d'indication précise pour l'anti-agrégant, en raison d'un risque de décès et d'AVC augmenté, montre une étude présentée mardi au congrès de l'European Society of Cardiology (ESC) à Munich.

Le registre GARFIELD-AF, financé par Bayer (qui commercialise l'anticoagulant oral direct Xarelto dans la FA), a inclus 25 815 patients présentant une FA et traités par anticoagulant oral pour prévenir le risque cérébrovasculaire.

Parmi ces patients, 3 133 prenaient également un anti-agrégant plaquettaire.

Ceux qui prenaient une double thérapie par anticoagulant oral et anti-agrégant avaient un risque de décès toutes causes confondues augmenté de 31% et un risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) majoré de 60%.

Le risque de saignement majeur était aussi augmenté, de 45%, mais cela n'atteignait pas la significativité statistique.

Le surrisque concernait surtout les patients qui ne présentaient ni maladie coronaire, ni artériopathie périphérique et n'avaient donc pas d'indication pour un anti-agrégant. Chez eux, l'association anticoagulant oral-anti-agrégant augmentait le risque de décès de 37% et le risque d'AVC de 65%.

Dans une analyse avec un score de propension (qui apparie des patients aux caractéristiques similaires), ces risques étaient encore plus élevés pour les patients sans indication pour un anti-agrégant: le risque de décès était augmenté de 48% et le risque d'AVC multiplié par 2,7.

Dans ce registre, plus de la moitié des patients qui recevaient un anti-agrégant ne présentaient pas de maladie coronaire ou artérielle périphérique, a noté Keith Fox de l'université d'Edimbourg qui a présenté l'étude. Compte tenu du surrisque, ces patients ne devraient pas recevoir d'association anticoagulants et d'antiagrégants.

Par ailleurs, une autre analyse de GARFIELD-AF, centrée sur l'objet principal de ce registre, à savoir l'effet des anticoagulants, a été présentée par John Camm de la St George's University à Londres, lors de la même session.

Cette analyse montre que les patients ayant une FA qui prenaient un anticoagulant oral avaient une mortalité à 2 ans diminuée de 17% par rapport à ceux qui ne prenaient pas d'anticoagulant, et un risque d'AVC diminué de 27% (mais un risque hémorragique augmenté de 36%).

Et quand les chercheurs ont comparé parmi les anticoagulants oraux, ceux à action directe (AOD) et les antivitamine K, le risque de décès était diminué de 19%, celui d'AVC de 15% et celui de saignement de 19% avec les AOD.

Source : APM International

Toute l'actualité de l'ESC 2018

Mots clés: Rythmologie Rythmologie , Thrombose Thrombose

Dépêche précédente

Endocardite infectieuse : un relais des antibiotiques intraveineux par les antibiotiques oraux efficace et sûr

Dépêche suivante

Un risque de mortalité cardiovasculaire plus élevé chez les personnes avec des rides du front profondes (étude VISAT)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire