Un bébé de six mois reçoit une double greffe de coeur et de tissu de thymus, une première mondiale

Publié le mercredi 9 mars 2022
dans
APM news

DURHAM (Caroline du Nord), 8 mars 2022 (APMnews) - Un nourrisson a reçu une greffe cardiaque combinée à une greffe de tissu de thymus du même donneur, "la première au monde", afin de développer des cellules immunitaires dans l'espoir de réduire voire éliminer l'utilisation de médicaments antirejet, a annoncé l'université Duke à Durham dans un communiqué diffusé lundi.

Easton est né en janvier 2021 avec de graves malformations cardiaques ainsi qu'une déficience fonctionnelle du thymus "d'une cause inconnue qui a gravement altéré son système immunitaire", explique l'université américaine dans son communiqué.

A l'âge de 6 mois, le nourrisson a reçu dans un premier temps une greffe cardiaque en août 2021 puis deux semaines plus tard, un tissu de thymus provenant du même donneur que le coeur transplanté.

Ces deux interventions ont été réalisées à l'hôpital universitaire Duke après l'obtention du feu vert de la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

L'idée d'utiliser du tissu de thymus "traité" lors d'une transplantation cardiaque était à l'étude à Duke "depuis plusieurs années", précise l'université. Le tissu provenant du donneur subit un traitement d'asepsie puis est cultivé pendant plusieurs jours dans un milieu de culture enrichi par du sérum foetal bovin.

Développé par le Dr Louise Markert de l'université Duke, le traitement du tissu de thymus a été licencié à l'entreprise Enzyvant Therapeutics, qui a reçu à l'automne 2021 l'approbation de la FDA pour ce procédé (Rethymic*) indiqué dans "la reconstitution immunitaire des patients pédiatriques atteints d'athymie congénitale".

Enzyvant a fourni un soutien financier à cette opération, indique Duke.

Cette technique concentre beaucoup d'espoirs, notamment celui de s'émanciper des médicaments antirejet. "Le thymus est une glande impliquée dans le développement des lymphocytes T qui combattent les substances étrangères dans le corps. L'implantation de tissu de thymus traité doit rétablir le système immunitaire du receveur et permettre que le coeur transplanté soit reconnu comme le 'soi'", développent les chercheurs.

"Si cette approche s'avère fructueuse, cela signifierait que les receveurs de greffe ne rejetteraient pas l'organe du donneur et qu'ils n'auraient plus besoin de suivre un traitement d'immunosuppresseurs à long terme, pouvant être très toxiques, en particulier pour les reins", estime le directeur du département de chirurgie de l'université de médecine de Duke, le Dr Allan Kirk.

Six mois après l'opération, le thymus génère des lymphocytes T

Depuis l'opération, le petit Easton se "porte bien" et a "fêté son premier anniversaire", précise l'équipe médicale, comme on peut le voir dans une vidéo mise en ligne par Duke Health.

Les tests, réalisés 172 jours après la double greffe, indiquent que le tissu de thymus traité "fonctionne". Il fabrique "des lymphocytes T essentiels qui font partie intégrante du système immunitaire; lui aussi fonctionne bien", note l'université.

L'équipe médicale estime que la réduction voire l'arrêt des médicaments antirejet serait "possible dans plusieurs mois" sans plus de précision.

Elle examine "comment le tissu de thymus traité peut façonner le système immunitaire d'une personne afin qu'il soit plus réceptif à l'organe du donneur", indique le Dr Kirk.

Source: APMnews

Mots clés: Chirurgie Chirurgie , Pédiatrie Pédiatrie

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire