Prise en charge de la fibrillation atriale : antiarythmique ou ablation en première intention ?

Mis à jour le lundi 25 avril 2022
dans

Dans cette vidéo tournée lors des JE SFC 2022, Olivier Piot (Saint-Denis) et Paul Milliez (Caen) discutent de l'ablation de la fibrillation atriale en première intention. Deux situations particulières se prêtent à cette ablation en première intention : chez les patients insuffisants cardiaques et chez les sportifs ou les patients qui ont des professions à risque, chez lesquels le traitement antiarythmique peut être un problème. Les recommandations de 2020 ont d'ailleurs précisé le cadre des patients insuffisants cardiaques à qui cette alternative peut être proposée. D'autres études démontrent, quant à elles, qu'une ablation peut se justifier chez des patients en insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée. Nos experts terminent tout de même en rappelant que les taux de complication ne sont pas négligeables, c'est pourquoi ces procédures doivent être entreprises par des centres experts.

Vidéo précédente

Comment détecter la coronaropathie chez le diabétique ?

Vidéo suivante

Que savoir sur l’insuffisance tricuspide ? Quelle est la place du traitement percutané ?