Insuffisance mitrale primitive : quand opérer un patient asymptomatique ?

Mis à jour le mercredi 11 mai 2022
dans

Interrogés sur le sujet dans le cadre des JE SFC 2022, Fabien Doguet (Massy) et Christophe Tribouilloy (Amiens) rappellent qu'une évaluation à l'effort est indispensable pour s'assurer du caractère asymptomatique d'un patient souffrant d'une insuffisance mitrale primitive. Vient ensuite l'échocardiographie cardiaque, examen essentiel pour confirmer la sévérité de l'insuffisance mitrale, montrer le retentissement sur le ventricule gauche, l'oreillette gauche, et les pressions pulmonaires, et pour déterminer le mécanisme de cette insuffisance et les possibilités de plastie mitrale. Ils s'attardent par la suite sur les nouvelles recommandations, qui mettent notamment en avant la réparation valvulaire, encouragent la précocité en termes de retentissement ventriculaire gauche, ou encore incitent à évaluer également la tricuspide. Enfin, ils échangent sur l'IM sévère : quand opérer, et comment surveiller le patient asymptomatique.

 

Vidéo précédente

Amyloses cardiaques : le Protocole National de Diagnostic et de Soins 2021

Vidéo suivante

Nouvelles approches dans le syndrome coronaire chronique. Le coroscanner, la référence ?