La place de l'échocardiographie de stress dans les valvulopathies asymptomatiques

Contenu réservé aux abonnés premium
Mis à jour le mardi 30 octobre 2018
dans
Extrait de la session des Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2018)
European Society of Cardiology/SFC Prise en charge des valvulopathies asymptomatiques

En 2012, l'échocardiographie de stress était recommandée dans le rétrécissement aortique calcifié (RAC) avec augmentation de gradients à l'effort supérieur à 20 mmmHg, ainsi que dans l'augmentation des pressions pulmonaires à l'effort (SPAP) supérieures à 60 mmHg (classe IIB, C). Mais ces recommandations ont été rejetées en 2017, « problablement par accumulation d'évidences opposées à ces deux critères préalables » explique Julien Magne.

Dans sa conférence présentée lors des JE SFC 2018, Dr Magne analyse en détail les recommandations européennes quant à la place de l'échocardiographie de stress dans les valvulopathies asymptomatiques.

Connectez-vous pour voir ce contenu.

Accédez au contenu exclusif Cardio-online !

Abonnez-vous

  • Accédez aux interviews
  • Regardez les vidéos de sessions
  • Discutez des cas cliniques
  • Et plus encore...

Vous rencontrez des difficultés ? Contactez-nous ici !