Le sodium contenu dans le paracétamol effervescent associé à un surrisque de maladies cardiovasculaires et de décès

Publié le vendredi 25 février 2022
dans
APM news

SOPHIA-ANTIPOLIS (Alpes-Maritimes), 24 février 2022 (APMnews) - Le sodium contenu dans les formulations effervescentes de paracétamol est associé à un surrisque de maladies cardiovasculaires et de décès chez les patients, avec ou sans hypertension artérielle, selon une étude publiée jeudi dans l'European Heart Journal.

La consommation de sel, et notamment du sodium qui le compose, augmente le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC), d'événements cardiovasculaires majeurs et de décès chez des personnes à risque, notamment celles atteintes d'hypertension artérielle.

Or, le sodium est souvent utilisé pour faciliter la dissolution de médicaments tels que le paracétamol dans l'eau.

Ces produits peuvent contenir entre 0,39 g (comprimé soluble) et 0,44 g (comprimé effervescent) de sodium pour un comprimé contenant 0,5 g de paracétamol. Or, si une personne prend une dose quotidienne maximale de deux comprimés de 0,5 g toutes les six heures, elle consommerait respectivement entre 3,1 et 3,5 g de sodium, une dose qui dépasse l'apport quotidien total de 2 g recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les conséquences de cet apport en sodium chez les personnes qui ne sont pas à risque ne sont pas claires.

Chao Zeng de la Central South University à Changsha en Chine et de l'université de Harvard à Boston aux Etats-Unis et ses collègues ont comparé les risques de maladie cardiovasculaire incidente et de mortalité toutes causes confondues chez des patients prenant du paracétamol effervescent et étant hypertendus ou non.

L'étude a porté sur près de 300.000 patients. Deux cohortes ont été suivies pendant un an. Dans la première, 4.532 patients hypertendus ayant reçu une prescription de paracétamol avec sodium ont été comparés à 146.866 patients hypertendus prenant du paracétamol sans sodium. Dans la seconde, 5.351 patients sans hypertension ayant reçu une prescription de paracétamol avec sodium ont été comparés avec 141.948 patients sans hypertension ayant pris le paracétamol sans sodium.

Les critères de jugement étaient la survenue d'évènements cardiovasculaires (infarctus du myocarde, AVC et insuffisance cardiaque) et la mortalité toutes causes confondues.

Après un an, parmi les patients hypertendus, 122 évènements cardiovasculaires (5,6%) sont survenus chez ceux prenant du paracétamol avec sodium contre 3.051 (4,6%) chez ceux qui prenaient du paracétamol sans sodium.

Par rapport au groupe sans sodium, le groupe avec sodium présentait un surrisque de 59% d'avoir un événement cardiovasculaire, notamment un infarctus (41%), un AVC (59%) ou une insuffisance cardiaque (44%).

Au total, 404 décès ont été signalés (7,6%) chez les patients hypertendus prenant du paracétamol avec sodium contre 5.510 (6,1%) dans le groupe sans sodium. Le risque de décès toutes causes confondues était multiplié par 2 dans le groupe hypertendu avec sodium.

Parmi les personnes non hypertendues, 105 évènements cardiovasculaires (4,4%) ont été déclarés dans le groupe avec sodium contre 2.079 (3,7%) sans sodium.

Par rapport au groupe sans sodium, celui avec sodium avait un surrisque de 45% d'évènement cardiovasculaire et notamment d'infarctus (27%), d'AVC (43%) ou d'insuffisance cardiaque (30%).

Ces patients avaient également un surrisque de décès toutes causes confondues de 87% par rapport au groupe avec paracétamol sans sodium.

Une étiquette sur les emballages

Il y avait aussi une relation dose-réponse entre le nombre de prescriptions de paracétamol contenant du sodium et le risque de maladies cardiovasculaires.

"Nous avons constaté que les risques de maladies cardiovasculaires et de décès augmentaient à mesure que la durée de l'apport de paracétamol contenant du sodium s'allongeait chez les personnes avec et sans hypertension artérielle. Le risque de maladies cardiovasculaires a augmenté de près de moitié pour les patients ayant reçu cinq prescriptions ou plus de paracétamol contenant du sodium. Nous avons observé une hausse similaire chez les personnes sans hypertension artérielle", a déclaré Chao Zeng dans un communiqué diffusé jeudi par l'European Society of Cardiology (ESC).

Dans un éditorial accompagnant l'étude, deux chercheurs australiens estiment que les praticiens pourraient prescrire du paracétamol sans sodium à leurs patients afin de minimiser les risques.

Ils suggèrent également l'étiquetage obligatoire de tous les médicaments contenant des quantités importantes de sodium sur l'emballage.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

Dépêche suivante

Le risque d'hospitalisation pour Covid-19 plus que doublé chez les hypertendus malgré la vaccination

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire