L'ézétimibe efficace en prévention primaire cardiovasculaire chez les personnes âgées dyslipidémiques

Mis à jour le mardi 13 novembre 2018
dans

Congrès AHA 2018

CHICAGO, 12 novembre 2018 (APMnews) - Un traitement hypocholestérolémiant par ézétimibe chez des patients âgés présentant un LDL-cholestérol élevé et à haut risque, mais sans antécédent de maladie coronaire, prévient la survenue d'évènements cardiovasculaires, montre une vaste étude japonaise présentée samedi au congrès de l'American Heart Association (AHA), qui se déroule jusqu'à lundi à Chicago.

On connaît bien l'efficacité des traitements hypolipémiants avec les statines chez les patients à haut risque cardiovasculaire, mais les bénéfices cliniques de ces traitements n'ont pas été évalués dans des essais randomisés contrôlés chez des patients hypercholestérolémiques âgés de 75 ans et plus, alors que cette population devient de plus en plus importante en nombre.

C'était l'objectif de l'étude EWTOPIA75, présentée samedi lors de la première session de late-breaking science du congrès. "Les résultats obtenus dans cette étude constituent la première preuve suggérant que la prévention primaire des évènements cardiovasculaires liés à l'athérosclérose est possible par un traitement hypolipémiant chez les patients âgés de 75 ans et plus éligibles", conclut Yasuyoshi Ouchi du Tokyo Metropolitan Institute of Gerontolology, dans sa présentation Powerpoint.

Dans cet essai, 3.796 participants de 75 ans et plus, ayant un taux de LDL-cholestérol supérieur ou égal à 1,4 g/L et présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire (diabète, hypertension, tabagisme, faible HDL-cholestérol, hypertriglycéridémie...) mais sans antécédent de maladie coronaire, ont été randomisés entre l'ézétimibe à 10 mg/j en plus de conseils diététiques, et les conseils diététiques seuls. Il n'y avait pas de placebo. Les participants ont été suivis pendant au moins 3 ans.

Le taux de LDL-cholestérol a été significativement diminué dans le groupe ézétimibe par rapport au groupe contrôle: il est passé de 1,61 g/L au départ à 1,26 g/L à 1 an et 1,20 g/L à 5 ans sous ézétimibe, contre 1,62 g/L au départ, 1,44 g/L à 1 an et 1,31 g/L à 5 ans dans le groupe contrôle. Le HDL-cholestérol et les triglycérides n'ont en revanche pas été significativement réduits par rapport au groupe contrôle. Le cholestérol non-HDL a été significativement réduit.
Le risque d'évènements cardiovasculaires liés à l'athérosclérose (mort subite cardiaque, infarctus, intervention de revascularisation coronaire et/ou accident vasculaire cérébral -AVC) a été significativement diminué de 34% sous ézétimibe par rapport au placebo.

Ce sont essentiellement les évènements cardiaques qui ont été réduits, avec une diminution statistiquement significative du risque de 40% sous ézétimibe par rapport au groupe contrôle. Les évènements cérébrovasculaires et la mortalité de toute cause n'ont pas été significativement réduits.

L'investigateur principal souligne que bien que cet essai n'ait pas utilisé de placebo -il s'agit d'un essai prospectif randomisé en ouvert, avec évaluation des critères en aveugle (design dit PROBE)-, "nous considérons que les critères primaires et secondaires ont été évalués de manière adaptée, car ils étaient totalement objectifs" et le jugement de l'investigateur ne pouvait intervenir.

Lors de la discussion, Jennifer Robinson de l'University of Iowa a souligné que l'amplitude de la réduction des évènements cardiovasculaires observée dans cette étude sous ézétimibe était plus importante qu'attendu par rapport à la baisse du LDL-cholestérol obtenue, selon sa présentation Powerpoint.

Cet effet plus important qu'attendu est peut-être dû au hasard ou à la conception de l'essai, mené en ouvert, mais aussi à la génétique, les Japonais ayant des polymorphismes génétiques différents du gène NPC1L1 impliqué dans le transport du cholestérol. Cela peut entraîner des effets différents sur la régression/stabilisation de la plaque.
Jennifer Robinson a en outre noté que les statines pouvaient être plus efficaces pour diminuer la mortalité totale.

Des essais de prévention primaire par traitement hypolipémiant dans d'autres populations âgées, d'origine différente, doivent être menés afin de confirmer et extrapoler ces résultats. Une étude australienne est en cours notamment, chez les 70 ans et plus, avec l'atorvastatine contre placebo, a-t-elle noté.

Source : APM International

Toute l'actualité de l'AHA 2018

Dépêche précédente

L'aspirine bénéfique en prévention primaire chez les diabétiques insuffisants cardiaques

Dépêche suivante

Pontage coronaire : le ticagrelor pas plus efficace que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire