Le clopidogrel reste supérieur à l'aspirine en monothérapie anti-agrégante post-revascularisation à cinq ans

Publié le jeudi 1 décembre 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 30 novembre 2022 (APMnews) - Le clopidogrel reste supérieur à l'aspirine à cinq ans en traitement anti-agrégant plaquettaire de maintien chronique après intervention coronaire percutanée avec pose de stent actif, selon une étude publiée dans Circulation.

L'essai randomisé en ouvert HOST-EXAM, premier essai randomisé comparant clopidogrel et aspirine en monothérapie dans cette phase de maintien, avait montré qu'après 12 mois de bithérapie par anti-agrégants plaquettaires post-intervention coronaire percutanée, chez 5.438 patients n'ayant eu aucun évènement clinique durant cette période, une monothérapie par clopidogrel était supérieure à une monothérapie par aspirine à 24 mois.

Le taux d'évènements du critère primaire (décès de toute cause, infarctus non fatal, accident vasculaire cérébral -AVC-, réhospitalisation pour un syndrome coronaire aigu -SCA-, ou hémorragie majeure -de type BARC 3 ou plus) était de 5,7% contre 7,7%, soit un risque significativement réduit de 27% sous clopidogrel.

L'étude d'extension HOST-EXAM Extended a suivi les patients à cinq ans.

Le taux d'évènements du critère primaire était de 12,8% sous clopidogrel contre 16,9% sous aspirine, avec un risque relatif significativement réduit de 26%, après un suivi médian de 5,8 ans.

Le risque thrombotique (décès cardiaque, infarctus, AVC ischémique, réhospitalisation pour SCA, thrombose de stent) était significativement diminué de 34% sous clopidogrel (7,9% contre 11,9%) et le risque hémorragique de type BARC 2 ou plus était significativement réduit de 26% (4,5% contre 6,1%).

Il n'y avait pas de différence de mortalité entre les deux groupes.

Une analyse a été réalisée en examinant la survenue des évènements du critère primaire dans les deux premières années de l'étude, puis ceux survenus après deux ans. Dans les deux premières années, le risque était significativement réduit de 31% sous clopidogrel par rapport à l'aspirine (6,1% contre 8,8%). Entre deux ans et le dernier suivi, le risque était significativement réduit de 22% sous clopidogrel (7,1% contre 9,0%).

Des tendances similaires étaient observées sur ces deux périodes pour les critères secondaires thrombotiques et hémorragiques.

Cette étude d'extension "soutient le clopidogrel comme anti-agrégant plaquettaire à prescrire de préférence pour la prévention secondaire de la maladie coronaire", concluent les auteurs.

(Circulation, publication en ligne du 8 novembre)

Source: APMnews

Dépêche précédente

Le Collège des cardiologues des hôpitaux fait 25 propositions pour l'avenir de la cardiologie hospitalière

Dépêche suivante

L'insuffisance cardiaque augmente chez les hommes de moins de 50 ans, à rebours de la tendance dans la population générale

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire