Le choc cardiogénique rare mais associé à une forte morbidité et mortalité chez les patients Covid-19 hospitalisés

Publié le vendredi 10 décembre 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 9 décembre 2021 (APMnews) - Moins de 2% des patients hospitalisés pour un Covid-19 font un choc cardiogénique, mais celui-ci est alors associé à une morbidité et une mortalité très augmentées, selon une étude américaine publiée dans Circulation: Heart Failure.

Des atteintes cardiaques ont lieu avec le Covid-19, allant d'une faible élévation des biomarqueurs cardiaques à l'infarctus et au choc cardiogénique, mais l'incidence du choc cardiogénique et le devenir des patients hospitalisés pour un Covid-19 sont méconnus, soulignent Anubodh Varshney du Brigham and Women's Hospital et de la Harvard Medical School à Boston et ses collègues.

A partir du registre des maladies cardiovasculaires liées au Covid-19 de l'American Heart Association (AHA), ils ont analysé 15.208 hospitalisations pour Covid-19 entre le 14 janvier et le 20 septembre 2020, dans 104 hôpitaux, essentiellement urbains et académiques. Ils ont recherché les états de choc comme premier évènement survenu au cours de l'hospitalisation, les classant soit en choc cardiogénique, en choc distributif, en choc mixte (choc cardiogénique avec vasodilatation, présentant des caractéristiques des deux types de choc précédents), et en choc autre ou inconnu.

Au total, 12% des patients ont développé un choc. Le choc cardiogénique concernait 0,7% des patients et le choc mixte 1% des patients, les autres étant essentiellement des chocs distributifs (9%).

La prévalence de ces formes de choc n'était pas modifiée par l'exclusion des patients ayant une insuffisance cardiaque préexistante.

Chez les patients ayant fait un choc cardiogénique, la prévalence des antécédents d'infarctus, de revascularisation coronaire et d'insuffisance cardiaque était plus élevée que chez ceux ayant fait un choc distributif ou ceux n'ayant pas fait de choc.

Ils présentaient en outre plus souvent des anomalies à l'imagerie thoracique, ainsi que des anomalies des taux de troponine, D-dimère et protéine C réactive, et des élévations du peptide natriurétique, à l'admission, par rapport aux patients n'ayant pas fait de choc.

Les signes et symptômes d'infection pulmonaire étaient moins prévalents à l'admission chez les patients ayant fait un choc cardiogénique que chez ceux ayant fait un choc distributif ou un choc mixte.

En outre, 28% des cas de choc cardiogénique pour lesquels une échocardiographie a été réalisée montraient une fraction d'éjection ventriculaire gauche inférieure à 30%, contre 6% parmi les patients hospitalisés sans choc.

Les cas de choc cardiogénique ont souvent reçu des agents inotropes et vasopresseurs, une ventilation mécanique, une épuration extrarénale et des traitements empiriques du Covid-19. Une assistance circulatoire mécanique temporaire a été utilisée chez 11% des patients et une angiographie coronaire invasive ou non invasive a été réalisée chez 10%.

Le taux de mortalité au cours de l'hospitalisation était significativement plus élevé chez les patients avec choc cardiogénique (63%) ou choc distributif (57%) que chez les patients sans choc (10,3%).

L'insuffisance respiratoire était la cause de décès le plus souvent observée, mais les causes cardiovasculaires étaient plus fréquentes chez les patients ayant eu un choc cardiogénique (32%) que chez ceux ayant eu un choc distributif (6%) ou ceux n'ayant pas eu de choc (11%).

Le taux de mortalité intrahospitalière, d'arrêt cardiaque, d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral (AVC) combinés atteignait 77% parmi les patients ayant fait un choc cardiogénique, contre 64% chez ceux ayant eu un choc distributif, et 13% en l'absence de choc.

"Bien que rare, la survenue d'une forme ou d'une autre de choc cardiogénique était un marqueur de taux élevé de complications cardiovasculaires, notamment d'arrêt cardiaque, et d'un mauvais pronostic hospitalier, par rapport à ce qui est observé dans les populations avec choc cardiogénique non Covid-19", commentent les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire