Watch-DM : un score de risque d’insuffisance cardiaque pour les diabétiques

Publié le lundi 7 octobre 2019
dans

WASHINGTON, 4 octobre 2019 (APMnews) - Un nouveau score de risque d’insuffisance cardiaque baptisé Watch-DM a été validé chez des diabétiques de type 2, selon une étude parue dans Diabetes Care.

APM news

Matthew Segar de l’University of Texas Southwestern Medical Center à Dallas et ses collègues ont exploité les données de 8.756 patients de l’étude ACCORD.

Au cours de presque 5 ans de suivi, 319 patients (3,6%) ont développé une insuffisance cardiaque.

Les chercheurs ont identifié, à l’aide d’un système d’apprentissage automatique de type "forêt aléatoire" (random forest), des facteurs prédictifs d’insuffisance cardiaque parmi 147 variables.

Parmi eux, ils ont retenu les facteurs les plus performants en matière de prédiction de l’insuffisance cardiaque: l’indice de masse corporelle (IMC), l’âge, l’hypertension, le taux de créatinine, le HDL-cholestérol, la glycémie à jeun, la longueur de l'intervalle QRS à l'électrocardiogramme, des antécédents d’infarctus ou de pontage coronarien.

Le modèle a ensuite été validé sur une cohorte de 10.819 participants de l’étude ALLHAT.

Le score de risque Watch-DM est noté de 0 à 36. La médiane se situait à 10 et les scores des patients allaient de 3 à 27. Chaque hausse d’une unité était associée à une hausse du risque d’insuffisance cardiaque de 24% à 5 ans.

Les patients dont le score était le plus élevé présentaient un risque à 5 ans d’environ 20%.

A noter que ce score était plus particulièrement performant pour prédire l’insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection réduite.

Les auteurs jugent que le score Watch-DM est facilement calculable au chevet du patient dans la mesure où il ne nécessite pas de paramètres cliniques ou de laboratoire, ni d’examens d’imagerie qui ne soient d’ores et déjà disponibles dans le dossier du patient.

Il est désormais accessible en ligne (cvriskscores.com) pour que les cliniciens puissent l’utiliser.

Reste à savoir si le recours à ce score de risque permettra de diminuer efficacement le risque d’insuffisance cardiaque, en orientant le patient vers de nouveaux traitements susceptibles de l’abaisser, par exemple les inhibiteurs du SGLT2.

Source : APMnews

Dépêche précédente

MitraClip* coût-efficace dans les régurgitations mitrales secondaires

Dépêche suivante

Syndrome coronaire aigu : le ticagrelor associé à plus de saignements que le clopidogrel dans les populations est-asiatiques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire