Un régime méditerranéen "vert" associé à une meilleure réduction du risque cardiométabolique

Publié le jeudi 26 novembre 2020
dans
APM news

LONDRES, 24 novembre 2020 (APMnews) - Un régime méditerranéen "vert", car riche en protéines végétales et en thé vert, et qui en plus supprime la consommation de viande rouge et transformée, pourrait amplifier les effets bénéfiques cardiométaboliques du régime méditerranéen traditionnel, selon une étude israélienne publiée lundi dans Heart.

Le régime méditerranéen est connu pour réduire le risque cardiométabolique et diminuer le risque de maladies cardiovasculaires.

Il a aussi été suggéré que la réduction de la consommation de protéines d’origine animale -en leur substituant des protéines d’origine végétale- pourrait réduire le risque cardiovasculaire.

Dans l’essai clinique randomisé DIRECT PLUS mené sur 18 mois, Gal Tsaban de la Ben-Gurion University of the Negev à Beer-Sheva (Israël) et ses collègues ont étudié l’intérêt de ce régime méditerranéen "vert", qui va plus loin que le régime méditerranéen classique dans la substitution de protéines, sur le risque cardiométabolique.

Au total, 294 participants âgés de 51 ans en moyenne (88% d’hommes) présentant une obésité abdominale ou une dyslipidémie ont été randomisés en trois groupes: le premier recevait uniquement des conseils pour s’alimenter sainement (contrôle), le deuxième devait suivre un régime méditerranéen traditionnel et le dernier un régime méditerranéen "vert".

Tous les participants avaient accès à une salle de sport et recevaient des conseils pour pratiquer de l’activité physique.

Le régime méditerranéen traditionnel était pauvre en glucides simples et riche en végétaux, le boeuf et l’agneau étant remplacés par de la volaille et du poisson. Dans le régime méditerranéen "vert", les participants devaient en plus éviter complètement la viande rouge et transformée et consommer plus de végétaux et de polyphénols; ils étaient encouragés à consommer 3 à 4 tasses de thé vert par jour ainsi qu’une boisson protéinée à base de lentille d'eau Wolffia globosa (souche Mankai, 100 g/j fourni sous forme de cubes congelés) pour remplacer partiellement les protéines animales.

Dans ces 2 régimes méditerranéens (traditionnel et vert), les apports énergétiques étaient limités (1.500-1.800 kcal/j pour les hommes et 1.200-1.400 kcal/j pour les femmes) et incluaient 28 g de noix par jour.

Au début de l’étude, les patients présentaient un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 31,3 kg/m2, un tour de taille moyen de 109,7 cm et un score de risque de Framingham à 10 ans moyen de 4,7%.

Après 6 mois, si les 2 régimes méditerranéens ont permis une perte de poids similaire (-6,2 kg pour le régime vert et -5,4 kg pour la version traditionnelle) et supérieure à celle du groupe contrôle (-1,5 kg), la réduction du tour de taille était plus importante dans le groupe suivant le régime méditerranéen amélioré (-8,6 cm), en comparaison du groupe qui suivait la version classique (-6,8 cm) ou du groupe contrôle (-4,3 cm).

En outre, les patients ayant suivi le régime méditerranéen vert présentaient une réduction plus importante du ratio LDL-cholestérol/HDL-cholestérol (-0,38 contre -0,21 pour le régime traditionnel et -0,14 pour le contrôle), de la pression artérielle diastolique (-7,2 mmHg contre -5,2 mmHg et -3,4 mmHg respectivement) et de la protéine C-réactive hautement sensible (CRP-hs ; -0,52 mg/L contre -0,24 mg/L et -0,15 mg/L respectivement).

En comparaison du régime méditerranéen traditionnel le régime "vert" a induit des diminutions supplémentaires du LDL-c d’environ 4% et de la protéine C-réactive de 20%.

Le régime méditerranéen vert était aussi associé à une amélioration plus forte du score de risque de Framingham à 10 ans (-3,7 points), en comparaison du régime méditerranéen classique (-2,3 points) ou des conseils diététiques seuls (-1,4 point).

Les auteurs soulignent toutefois que les femmes étaient sous-représentées dans cette étude et que ces résultats pourraient ne pas leur être extrapolables.

Source : APMnews

Dépêche précédente

Le confinement associé à plus d'hypertension chez les patients admis aux urgences

Dépêche suivante

Les cardiologues vont bientôt pouvoir prescrire la dapagliflozine

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire