Un programme de substitution du sel réduit l'HTA dans la population générale

Publié le mardi 18 février 2020
dans
APM news

LONDRES, 17 février 2020 (APMnews) - Une stratégie visant à remplacer, dans les foyers, cantines et commerces, le sel classique par un substitut enrichi en potassium, a entraîné une baisse de la pression artérielle dans la population générale, ainsi qu'une réduction du risque d'hypertension, selon une étude menée au Pérou, publiée dans Nature Medicine.

Des stratégies de substitution du sel se sont montrées efficaces pour réduire la pression artérielle dans des situations contrôlées, principalement chez les personnes ayant une hypertension au départ. Mais l'impact d'une telle approche au niveau de la population a été peu étudié, soulignent Antonio Bernabe-Ortiz de l'Universidad Peruana Cayetano Heredia à Lima et ses collègues.

Une stratégie de substitution du sel classique par un sel enrichi en potassium (75% de NaCl et 25% de KCl) a été mise en place dans les foyers, cantines et commerces de 6 villages de la région de Tumbes, au Pérou, représentant 2.376 participants, entre 2014 et 2017.

Le substitut était fourni en plusieurs vagues, pour 5 mois à chaque vague. Les pressions systolique et diastolique étaient évaluées entre la fin d'une vague de substitution et le début de la suivante. Les villages ont été randomisés entre 6 séquences, dans lesquelles les vagues de substitution étaient débutées de façon séquentielle, de telle sorte que le premier village a reçu au total 6 vagues de substitution, et le 6e village une seule vague. Les périodes sans substitution constituaient les périodes contrôles.

Une réduction de 1,29 mmHg de la pression systolique et de 0,76 mmHg de la pression diastolique a été observée en intention de traiter, sur l'ensemble des participants.Chez les participants hypertendus au départ, ces réductions étaient respectivement de 1,92 mmHg et 1,18 mmHg. En l'absence d'hypertension initiale, les pressions systolique et diastolique étaient réduites respectivement de 1,15 mmHg et 0,63 mmHg.

Chez les participants ne présentant pas d'hypertension au départ, le risque de développer une hypertension était réduit de 51% avec la stratégie de substitution, par rapport à la période contrôle.

Les taux urinaires de sodium n'étaient pas différents entre le début et la fin de l'étude, tandis que les taux urinaires de potassium étaient plus élevés à la fin.

"Nos résultats apportent la preuve qu'une intervention au niveau de la population pour remplacer le sel normal par un sel appauvri en sodium et enrichi en potassium réduit à la fois les pressions systolique et diastolique, en particulier chez les personnes ayant une hypertension. En outre, cette intervention a réduit de moitié l'incidence de l'hypertension. Cette intervention pragmatique pourrait être adaptée et mise en oeuvre à plus grande échelle pour contrer le lourd fardeau de la pression artérielle élevée observé actuellement dans le monde", concluent les auteurs.

Source: APMnews

Mots clés: Prévention Prévention

Dépêche précédente

Les hospitalisations pour valvulopathies non rhumatismales en forte progression (BEH)

Dépêche suivante

Extension d'AMM européenne pour le traitement de l'amylose à transthyrétine Vyndaqel

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire