Thrombo-embolie veineuse : l'anti-facteur XI abelacimab supérieur à l'énoxaparine en prévention

Publié le mardi 27 juillet 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 19 juillet 2021 (APMnews) - L'anticorps monoclonal anti-facteur XI abelacimab, développé par Anthos Therapeutics, semble efficace en prévention de la thrombo-embolie veineuse postopératoire, supérieur à l'énoxaparine et associé à un faible risque hémorragique, selon une étude publiée lundi dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et présentée au congrès virtuel de l'International Society on Thrombosis and Haemostasis (ISTH).

Le rôle du facteur XI dans la pathogenèse du thrombo-embolisme veineux postopératoire reste encore incertain, mais il semble qu'il n'agisse que sur l'une des deux voies de la coagulation, celle de la thrombose, et non celle de la coagulation sanguine normale, respectant ainsi davantage l'hémostase. En agissant sur ce facteur XI pour limiter les thromboses, on peut donc théoriquement aussi s'attendre à avoir moins de saignements.

L'abelacimab est un anticorps monoclonal développé par Anthos Therapeutics, joint-venture entre Novartis et le groupe Blackstone, qui cible le facteur XI et le verrouille dans une conformation inactive.

Il a été testé auprès de 412 patients recevant une arthroplastie totale du genou, randomisés entre une injection intraveineuse unique postopératoire d'abelacimab à 30 mg, 75 mg ou 150 mg, et l'énoxaparine à 40 mg administrée quotidiennement en sous-cutané.

L'incidence de la thrombo-embolie veineuse, détectée par veinographie de la jambe opérée entre 8 et 12 jours après l'intervention ou par la confirmation objective d'évènements symptomatiques, a été de 13%, 5% et 4% sous les doses croissantes d'abelacimab, respectivement, contre 22% sous énoxaparine.

Les auteurs ont établi que l'abelacimab à 30 mg était non-inférieur à l'énoxaparine, tandis que les deux doses les plus fortes étaient supérieures à l'énoxaparine.

L'incidence des hémorragies était de 2% avec l'abelacimab à 30 mg et à 75 mg, nulle avec la dose de 150 mg et avec l'énoxaparine.

"Cet essai a montré que l'initiation postopératoire de l'inhibition du facteur XI est une méthode efficace de réduction du risque de thrombo-embolie veineuse après arthroplastie totale du genou, et qu'elle est associée à un faible risque hémorragique", concluent Peter Verhamme de la Katholieke Universiteit Leuven à Louvain et ses collègues.

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament , Prévention Prévention

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire