Thrombo-embolie veineuse : 6 semaines d'anticoagulation non inférieures à 3 mois chez les moins de 21 ans

Publié le lundi 17 janvier 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 17 janvier 2022 (APMnews) - Une durée de traitement anti-coagulant de 6 semaines s'est montrée non inférieure à une durée de 3 mois contre les récidives thrombo-emboliques et sur le risque hémorragique chez les enfants et adolescents présentant une thrombo-embolie veineuse (TEV) aiguë provoquée par un facteur de risque transitoire majeur, selon une étude internationale publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Les données sur la durée optimale du traitement anticoagulant de la TEV chez les patients de moins de 21 ans manquent, mais la prise en charge standard de la TEV provoquée consiste en une anticoagulation de 3 mois, comme ce qui est recommandé chez l'adulte, rappellent les auteurs. Ces TEV provoquées constituent plus de 90% des TEV chez l'enfant. Les recommandations de pratique clinique pour la TEV pédiatrique suggèrent une durée de 6 semaines de traitement antithrombotique au lieu de 3 mois, mais l'efficacité de cette stratégie doit être mieux établie.

Neil Goldenberg du Johns Hopkins All Children Hospital à St Petersburg (Floride) et ses collègues ont étudié la question avec l'essai randomisé KIDS-DOTT qui a comparé l'effet de 2 durées de traitement anticoagulant de 6 semaines et 3 mois sur les récidives et les évènements hémorragiques chez les patients de moins de 21 ans présentant une thrombo-embolie veineuse aiguë provoquée par un facteur de risque transitoire majeur.

Au total, 417 patients âgés en moyenne d'un peu plus de 8 ans, dont deux tiers de moins de 13 ans, sans anticorps anti-phospholipides persistants et dont les thrombi ont été dissous ou n'étaient pas complètement occlusifs à l'imagerie 6 semaines après le diagnostic, ont été randomisés entre 6 semaines et 3 mois de traitement anticoagulant. Le choix du traitement anticoagulant était laissé à la discrétion du médecin, mais en accord avec les recommandations de l'American College of Chest Physicians (ACCP).

L'incidence cumulée à 1 an des évènements thrombo-emboliques veineux symptomatiques récurrents était de 0,66% dans le groupe ayant reçu 6 semaines d'anticoagulants contre 0,70% dans le groupe assigné à une durée d'anticoagulation de 3 mois.

L'incidence des évènements hémorragiques cliniquement pertinents était respectivement de 0,65% et 0,70%.

La non-infériorité du traitement anticoagulant pendant 6 semaines par rapport à 3 mois a été démontrée, indiquent les auteurs.

Des évènements indésirables sont survenus respectivement chez 26% et 32% des patients, la fréquence de chaque évènement indésirable étant inférieure à 4% et ne montrant pas de différence sensible entre les 2 groupes, soulignent-ils. Il y a eu 4 décès dans chaque groupe, aucun n'ayant été jugé lié au traitement assigné.

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire