Télésurveillance de l'insuffisance cardiaque : déploiement du programme Cordiva* sur l'ensemble du territoire

Mis à jour le vendredi 31 août 2018

PARIS, 13 janvier 2017 - La société CDM e-Health (groupe Air Liquide) a annoncé vendredi le déploiement sur l'ensemble du territoire de son programme de télésurveillance de l'insuffisance cardiaque Cordiva, qui était jusqu'à présent utilisé uniquement dans le cadre de deux essais cliniques en cours.

CDM e-Health, qui a acquis cette activité auprès d'Alere en 2016, annonce également que le programme va changer de nom prochainement, pour s'appeler désormais Chronic Care Connect Cardiologie*. Ce programme, le premier de CDM e-Health, fera à terme partie d'une offre plus globale de télémédecine proposée par cette société, indique un porte-parole à l'APM.

Le déploiement de Cordiva* se fait à la faveur de la mise en place d'une expérimentation en télémédecine lancée par les pouvoirs publics, en application de l'article 36 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2014, qui permet de nouveaux modes de prises en charge. La LFSS 2017 a étendu à tout le territoire cette expérimentation initialement prévue dans certaines régions, rappelle-t-on.

L'arrêté publié en décembre 2016 au Journal officiel, qui concerne plusieurs pathologies dont l'insuffisance cardiaque, fixe notamment les tarifs de rémunération des acteurs participant à la télésurveillance. Il y a un forfait par patient pour le professionnel de santé effectuant la télésurveillance, un autre pour le professionnel assurant l'accompagnement thérapeutique et un forfait pour le fournisseur de la solution de télésurveillance et des prestations associées. Ces tarifs sont préfigurateurs de ce que devrait être à terme le remboursement par l'assurance maladie.

Le dispositif Cordiva* est un pèse-personne électronique associé à un appareil de transmission. Les patients doivent se peser quotidiennement et répondre à quelques questions posées par l'appareil (sur la dyspnée, les oedèmes...). Les informations sont envoyées de façon automatique à un centre, dont le système informatique déclenche des alertes selon des critères prédéfinis, notamment en cas de variation de poids.

Dans ce centre, une équipe d'infirmières spécifiquement formées est là pour suivre les patients par téléphone toutes les trois semaines de façon personnalisée et faire de l'éducation à la santé, et pour valider les alertes en rappelant les patients pour avoir des précisions. Elles peuvent les orienter vers leur médecin traitant, voire vers l'hôpital, en cas de nécessité.
Ce système "s'intègre dans le parcours de soins et permet un suivi renforcé entre les consultations médicales par les professionnels de santé, afin que ces derniers puissent réagir plus vite et éviter les complications", commente CDM e-Health dans un communiqué.

L'année dernière, les responsables de Cordiva avaient mis en avant une étude allemande, non randomisée, de suivi en pratique, qui suggérait une baisse de mortalité et une baisse des coûts avec ce dispositif.

En France, jusqu'à présent, les patients télésuivis l'étaient dans deux études: PIMPS qui inclut 330 patients en Ile-de-France et OSICAT qui a inclus 990 patients, initialement dans le Sud-Ouest puis dans quelques autres régions. Les études n'incluent plus de nouveaux patients mais le suivi d'une partie des patients inclus est encore en cours; les résultats sont attendus pour fin 2017.

Source : APM International

Dépêche précédente

Le SMR (Service Médical Rendu) de l’Anticoagulant Oral Direct Pradaxa® (dabigatran) est rétabli à un niveau important par la CT (Commission de la Transparence)

Dépêche suivante

Défibrillateur implantable en prévention primaire: il faut trouver de nouveaux marqueurs de sélection des patients

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire