Syndrome coronaire aigu : le ticagrelor similaire au clopidogrel sur le risque d’évènements cliniques indésirables

Publié le vendredi 6 novembre 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 30 octobre 2020 (APMnews) - Chez les patients ayant présenté un SCA traité par une intervention percutanée en pratique clinique, l’anti-agrégant plaquettaire ticagrelor (Brilique*, AstraZeneca) n’est pas associé à un risque différent d’évènements cliniques indésirables à 12 mois, en comparaison du clopidogrel, selon une étude américaine publiée mardi dans le Journal of the American Association (JAMA).

En se basant principalement sur les résultats de l’essai clinique randomisé PLATO, les recommandations européennes et américaines préconisent actuellement le recours à l’inhibiteur de P2Y12 ticagrelor (Brilique*, AstraZeneca) comme anti-agrégant plaquettaire pour les patients présentant un syndrome coronaire aigu, expliquent Serge Chan You du Yale Hospital à New Haven (Connecticut) et ses collègues.

Ils estiment toutefois que les bénéfices et les risques du ticagrelor en pratique clinique, en comparaison du clopidogrel, méritent une attention particulière car des études observationnelles ont récemment soulevé quelques questions.

En utilisant les informations de santé disponibles dans 2 bases de données américaines et une base de données nationale sud-coréenne, ils ont examiné rétrospectivement l’association entre le ticagrelor et les résultats cliniques (évènements hémorragiques et ischémiques) chez les patients ayant bénéficié d’une intervention coronaire percutanée pour traiter un syndrome coronaire aigu, en pratique clinique.

Au total, 183.579 patients adultes ayant bénéficié d’une intervention coronaire percutanée à la suite d’un diagnostic de syndrome coronaire aigu ont été identifiés: 43.578 avaient ensuite reçu du ticagrelor et 140.001 du clopidogrel.

Ils ont ensuite effectué un appariement de 31.290 paires de patients par score de propension (âgés de 60 à 64 ans, 29,3% de femmes).

La grande majorité des patients (95,5%) ont pris de l’aspirine en même que le ticagrelor ou le clopidogrel.

Le risque d’évènements cliniques indésirables à un an n’était pas significativement différent entre le ticagrelor (15,1%) et le clopidogrel (14,6%).

Il n’y avait pas non plus de différence significative dans le risque de mortalité toutes causes (2% dans le groupe ticagrelor contre 2,1% dans le groupe clopidogrel), de mortalité de cause cardiovasculaire (1,4% contre 1,5% respectivement), d’évènements cardiovasculaires majeurs (7,3% contre 7,2%) ou d’évènements ischémiques (13,5% contre 13,4%).

En revanche, les risques d’évènements hémorragiques (2,1% sous ticagrelor et 1,6% sous clopidogrel), ainsi que les dyspnées (27,3% contre 22,6% respectivement) étaient significativement plus importants dans le groupe ticagrelor, en comparaison du clopidogrel.

Les auteurs notent que quand l'analyse était effectuée uniquement sur les données américaines, le risque d’événements cliniques indésirables étaient significativement supérieur dans le groupe ticagrelor (incidence de 461,8 pour 1.000 personnes-années), en comparaison du groupe clopidogrel (374 pour 1.000 personnes-années).

Ils précisent que l’observance du ticagrelor était plus faible que celle du clopidogrel et rappellent que la non-observance d’un traitement antiplaquettaire est un facteur connu pour être associé à des incidences plus élevées de mortalité toutes causes, de mortalité cardiovasculaire, d'infarctus du myocarde aigu, de revascularisation non prévue et d'événements hémorragiques.

Ils ajoutent enfin que l'amélioration des stents et des soins apportés aux patients atteints de maladie coronaire peuvent expliquer aussi la diminution du bénéfice du ticagrelor.

Ils concluent que chez les patients ayant présenté un syndrome coronaire aigu traité par une intervention percutanée en pratique clinique, l’antiagrégant plaquettaire ticagrelor n’est pas associé à un risque différent d’évènements cliniques indésirables à 12 mois, en comparaison du clopidogrel.

D’autres recherches seront nécessaires pour déterminer si le ticagrelor est plus efficace que le clopidogrel dans d'autres indications, concluent-ils.

Source : APMnews

Dépêche précédente

Maladie rénale chronique non dialysée: le vadadustat ne démontre pas sa non-infériorité cardiovasculaire sur la darbépoétine alfa

Dépêche suivante

La moitié des patients âgés insuffisants cardiaque hospitalisés ressortent avec au moins 10 médicaments prescrits

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire