Syndrome coronaire aigu: en pratique seuls 1/3 des cas correspondraient aux critères pour prescrire l'ézétimibe (étude américaine)

Publié le jeudi 4 mai 2017

WASHINGTON, 3 mai 2017 (APMnews) - Seuls un tiers des patients souffrant de syndrome coronaire aigu (SCA) pourraient en pratique courante être éligibles à un traitement par ézétimibe (Ezetrol*, Merck-Sharp & Dohme) tels que définis dans l'étude IMPROVE-IT, selon une étude sur une population américaine publiée dans le JAMA Internal Medicine.

Dans IMPROVE-IT, l'ajout de l'ézétimibe à un traitement par statine à une dose modérée a été associé à une réduction de 6,4% du risque relatif d'événement cardiovasculaire (décès cardiovasculaire, infarctus du myocarde, angor instable, revascularisation ou accident vasculaire cérébral), soit une réduction du risque absolu de 2 points.

Thomas Maddox du VA Eastern Colorado Health Care System à Denver et ses collègues se sont interrogés sur la représentativité dans la pratique courante des patients inclus dans IMPROVE-IT afin de savoir à quelle proportion des patients ayant un SCA les résultats peuvent s'appliquer.

Ils ont étudié un registre nommé PINNACLE qui a inclus 28.454 SCA entre janvier 2013 et septembre 2014.

Les chercheurs n'ont trouvé que 35,9% des patients, soit un peu plus d'un tiers, qui correspondaient aux critères d'inclusion de l'étude.

Parmi ceux qui ne correspondaient pas, 19,6% étaient sous statine à haute dose, 6,8% avaient moins de 50 ans, 25,1% avaient un LDL-cholestérol plus bas que le seuil de l'étude et 12,6% présentaient d'autres critères d'exclusion.

Les chercheurs notent 2 points importants. "Un facteur qui réduit l'applicabilité d'IMPROVE-IT en pratique est son utilisation d'une statine d'intensité modérée [à laquelle l'ézétimibe est ajouté], ce qui s'écarte des recommandations actuelles d'utiliser des statines à haute intensité chez tous les patients éligibles souffrant de SCA". En fait, "si l'adhésion aux recommandations augmente, de moins en moins de patients entreront dans les critères d'IMPROVE-IT en pratique", ajoutent-ils.

De plus, "les participants à l'étude étaient plus jeunes et leur état de santé considérablement meilleur que les patients correspondants du registre PINNACLE": il y avait moins de comorbidités cardiovasculaires et moins de traitements concomitants de prévention secondaire.

"Dans le monde de la pratique clinique, les médecins doivent de plus en plus mettre en balance dans leurs décisions l'âge avancé, les multimorbidités et la polypharmacie".

Ils "posent la question de l'applicabilité de l'utilisation d'ézétimibe/simvastatine chez les patients actuels avec un SCA", estimant nécessaire de conduire des études dans des populations plus proches de la pratique courante.

(JAMA Internal Medicine, publication en ligne du 24 avril)

 

Source : APM International

Dépêche précédente

Fer intraveineux en traitement de l'insuffisance cardiaque: Vifor fait la promotion des nouvelles recommandations

Dépêche suivante

VIH : le ténofovir protègerait contre l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire