Sténose du tronc commun coronaire : risque d'événements majeurs similaire à 5 ans entre pontage et interventionnel

Mis à jour le vendredi 11 octobre 2019
dans

SAN FRANCISCO, 30 septembre 2019 (APMnews) - Le risque de décès, infarctus ou accident vasculaire cérébral (AVC) après 5 ans de suivi est similaire chez les patients présentant une sténose du tronc commun coronaire de complexité anatomique faible ou intermédiaire, qu'ils aient été traités par pontage coronaire ou intervention coronaire percutanée.

Ce sont les nouveaux résultats de l'étude EXCEL qui ont été présentés samedi au congrès américain de cardiologie interventionnelle TCT à San Francisco, et publiés simultanément dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

Des résultats à 3 ans ont déjà été publiés dans le NEJM. Ils suggéraient une équivalence des deux traitement sur les événements cardiovasculaires "durs", mais avec un risque de nouvelle revascularisation plus important après intervention percutanée.

Les conclusions à 5 ans sont similaires. Chez les 1.905 patients randomisés, le risque de décès, infarctus ou AVC s'élevait à 22% après intervention coronaire percutanée et 19,2% après pontage coronaire. La différence n'est pas statistiquement significative.

De plus, la différence semble venir principalement d'une différence dans les décès non cardiovasculaires, note-t-on. Le taux de décès toutes causes s'élevait à 13% après intervention percutanée contre 9,9% après pontage. Mais le taux de décès cardiovasculaire était respectivement de 5% et 4,5%.

Le risque d'infarctus s'élevait respectivement à 10,6% et 9,1% et le risque d'AVC respectivement 2,9% et 3,7%.

La probabilité d'avoir nécessité une nouvelle revascularisation dans les 5 ans était respectivement de 16,9% après intervention percutanée et 10% après pontage.

Source : APMnews

Mots clés: Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Chirurgie cardiaque : une prescription de fibrinogène contraire aux recommandations dans 64% des cas

Dépêche suivante

Après 3 mois de bithérapie post-angioplastie, le ticagrélor seul est une bonne stratégie chez les patients à haut risque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire