Sténose aortique sévère asymptomatique: une intervention précoce améliore la survie

Publié le vendredi 17 juillet 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 13 juillet 2020 (APMnews) - L’implantation précoce d’une valve aortique chez les patients souffrant d’une sténose aortique sévère asymptomatique est associée à une réduction de la mortalité de 62%, selon une méta-analyse suisse publiée mercredi dans JAMA Cardiology.

Si l’implantation d’une valve aortique chez les patients présentant une sténose aortique sévère symptomatique est clairement indiquée, cette procédure reste sujette à débat chez les patients présentant une forme asymptomatique de la maladie.

Brigitta Gahl de l’université de Berne et ses collègues ont effectué une méta-analyse afin d’évaluer l’évolution naturelle de la sténose aortique sévère asymptomatique et d’étudier l’impact d’une intervention précoce sur la survie.

Au total, 29 études observationnelles portant sur 4.075 patients souffrant d’une sténose aortique sévère asymptomatique et suivis pendant 2,3 ans en médiane ont été incluses dans la méta-analyse.
En plus, neuf études comparant un traitement précoce (majoritairement chirurgical) à une surveillance attentive (dont un essai clinique randomisé) chez 3.904 patients suivis pendant 5 ans en médiane ont aussi été incluses dans la méta-analyse.

Globalement, le taux de décès toutes causes était de 4,8 pour 100 personnes-années.
Dans le détail, le taux de décès d’origine cardiovasculaire était de 3 pour 100 personnes-années, le taux de décès pour insuffisance cardiaque était de 2 pour 100 personnes-années et le taux de mort subite de 1,1 pour 100 personnes-années.

Le taux d’évolution de la maladie vers une indication d’implantation de valve aortique était de 18,1 pour 100 personnes-années, le taux d’apparition d’une forme symptomatique de la maladie de 18,5 pour 100 personnes-années et celui d’implantation d’une valve aortique de 19,2 pour 100 personnes-années.

L’analyse des 9 études comparant l’intervention précoce à la surveillance a permis de montrer que l’intervention précoce était associée à une réduction significative de 62% de la mortalité à long terme.

Plusieurs facteurs étaient associés à un pronostic plus mauvais: la sévérité de la sténose aortique, la dysfonction ventriculaire gauche et les facteurs de risque athérosclérotique.
Selon les auteurs, de nombreux patients souffrant d’une sténose aortique sévère asymptomatique développent une indication pour l’implantation d’une valve aortique et leurs décès sont principalement d’origine cardiaque mais pas toujours subits.

Les auteurs concluent que si la plupart des études se focalisent sur les morts subites, celles-ci ne comptent que pour une partie des décès d’origine cardiaque chez ces patients et que le risque de décès est sous-estimé.
Ils estiment qu’une intervention précoce devrait être considérée chez une plus grande part des patients présentant une sténose aortique sévère asymptomatique, notamment lorsqu’ils sont à haut risque d’événement indésirables.

(JAMA Cardiology, publication en ligne du 8 juillet)

Source: APMnews

Dépêche précédente

Covid-19: les cardiomyopathies de stress ont été plus nombreuses pendant la pandémie

Dépêche suivante

Manger du chocolat plus d'une fois par semaine réduirait le risque de maladie coronaire (méta-analyse)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire