Risque accru d'HTA chez les femmes ménopausées migraineuses

Publié le mercredi 12 mai 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 11 mai 2021 (APMnews) - La migraine semble constituer un facteur de risque indépendant d'hypertension artérielle (HTA) chez les femmes, y compris après la ménopause, notamment chez celles qui prennent un traitement hormonal substitutif (THS), selon une étude française.

La migraine, en particulier avec aura, a été identifiée comme un facteur de risque potentiel d'HTA et d'accident vasculaire cérébral (AVC) dans des études prospectives. Chez les femmes en particulier, la prévalence de la migraine diminue après la ménopause mais jusqu'à présent, aucune étude n'a examiné si le risque d'HTA persistait, indiquent Conor James MacDonald du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (Inserm/université Paris-Saclay) à Gustave-Roussy à Villejuif (Val-de-Marne) et ses collègues dans Neurology.

Pour évaluer cette association potentielle chez des femmes ménopausées, ils ont utilisé les données de la cohorte longitudinale E3N initiée en 1990 auprès de 98.995 femmes alors âgées de 40 à 65 ans, identifiant 56.202 d'entre elles ménopausées mais sans HTA à l'inclusion.

A l'inclusion, elles étaient 9.543 à déclarer avoir déjà eu une migraine puis elles étaient 11.030 en 2001. Au début du suivi, l'âge et l'indice de masse corporelle (IMC) des femmes étaient similaires, qu'elles aient ou non des migraines. Celles qui déclaraient des migraines avaient aussi davantage d'antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires et de dyslipidémies, fumaient moins et utilisaient davantage de THS.

Au cours d'un suivi total de 826.419 personnes-années, 12.501 cas incidents d'HTA ont été identifiés, soit un taux de 15,1 cas pour 1.000 personnes années. L'âge médian au diagnostic était de 64,2 ans dans l'ensemble de la cohorte, mais de 63,1 ans chez les femmes migraineuses, contre 64,6 ans chez les non-migraineuses.

L'analyse ajustée des données indique que la migraine était associée de manière significative sur le plan statistique à un risque incident d'HTA, de 1,3 par rapport aux femmes sans migraine. Le taux incident d'HTA était de 19,2 cas pour 1.000 personnes-années parmi les femmes migraineuses, contre 14,3 cas pour 1.000 personnes-années pour les non-migraineuses.

Les résultats sont restés stables dans les différentes analyses de sensibilité et n'ont pas été non plus modifiés selon l'âge de survenue de la ménopause.

L'association entre HTA et migraine était un peu plus forte parmi les femmes sous THS, avec un HR de 1,34, contre 1,19 pour celles qui ne prenaient pas ce traitement.

L'analyse secondaire menée parmi les femmes atteintes de migraine avec ou sans aura n'a pas mis en évidence de différence significative du risque d'HTA entre les deux groupes.

Ces résultats suggèrent que les médecins doivent avoir conscience que les femmes ménopausées avec des antécédents de migraine doivent être considérées comme à risque accru d'HTA, concluent les chercheurs.

Source: APMnews

Mots clés: Facteurs de risque Facteurs de risque

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire