Résultats de phase I prometteurs d'une immunothérapie anti-PCSK9 dans l'hypercholestérolémie

Publié le jeudi 3 juin 2021
dans
APM news

VIENNE, 1er juin 2021 (APMnews) - Une immunisation répétée avec un candidat vaccin ciblant la PCSK9, développé dans l'hypercholestérolémie, a montré des résultats de phase I prometteurs, avec un effet de baisse significative du LDL-cholestérol, selon des résultats publiés dans l'European Journal of Clinical Pharmacology.

Des anticorps monoclonaux anti-PCSK9 ont été développés et sont actuellement commercialisés pour lutter contre l'hypercholestérolémie. Cette approche d'immunisation passive est efficace mais coûteuse, nécessitant une administration toutes les 2 ou 4 semaines, rappellent Markus Zeitlinger de l'université de médecine de Vienne et ses collègues. L'objectif d'une immunothérapie active spécifique est de fournir une inhibition durable de la PCSK9, en activant son propre système immunitaire, pour produire une réponse anticorps après une primo-immunisation et un rappel annuel, expliquent-ils.

La société de biotechnologie Affiris, basée à Vienne, a développé 2 candidats d'immunothérapie à partir d'épitopes de la PCSK9 (Affitope*), couplés à une protéine porteuse et adjuvantés avec de l'hydroxyde d'aluminium, AT04A et AT06A.

Les 2 candidats ont été évalués auprès de 72 sujets sains, de manière randomisée en simple aveugle contre placebo. La primo-immunisation consistait en 3 injections à 4 semaines d'intervalle, et un rappel a été réalisé à 60 semaines. Les résultats ont été observés sur 90 semaines.

Les évènements indésirables liés au traitement les plus souvent rapportés étaient la fatigue, les maux de tête, et les myalgies, chez 75% des participants recevant AT06A, 58% de ceux recevant le placebo et 46% de ceux recevant l'AT04A. Les réactions au site d'injection représentaient 63% des évènements indésirables apparus sous traitement et étaient transitoires et principalement d'intensité légère ou modérée.

Les deux candidats ont généré une réponse anticorps robuste et durable contre les peptides antigéniques utilisés pour l'immunisation, avec une réaction croisée contre l'épitope cible sur la PCSK9, indiquent les chercheurs.

En outre, l'AT04A a été associé à une réduction du LDL-cholestérol, avec un maximum de -11,2% à 20 semaines et de -13,3% à 70 semaines en moyenne, par rapport au placebo. Sur l'ensemble de la période d'étude, la réduction moyenne du LDL-cholestérol a été de -7,2% par rapport au placebo, statistiquement significative.

Dans ce groupe, tous les participants ayant une réponse immunitaire forte, équivalant à des concentrations sériques d'anticorps spécifiques anti-PCSK9 supérieures à 1 µg/mL, ont montré une réduction du LDL-cholestérol. Elle a été au maximum de -39% à 90 semaines, chez les plus forts répondeurs. Cela suggère, selon les auteurs, "qu'une immunogénicité plus élevée a un impact plus favorable sur le métabolisme lipidique".

Ces résultats justifient la poursuite du développement clinique de l'AT04A, concluent-ils.

Source: APMnews

Mots clés: Recherche Recherche

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire