Quinze critères pour identifier les diabétiques de type 2 tirant un bénéfice cardiovasculaire de la canagliflozine

Publié le lundi 21 février 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 18 février 2022 (APMnews) - Un outil combinant 15 critères cliniques et démographiques permettrait de sélectionner, parmi les diabétiques de type 2 qui pourraient être candidats à un traitement par inhibiteur du SGLT2 dans un but de prévention cardiovasculaire, ceux qui tireront réellement un bénéfice de ce traitement, selon une étude sur la canagliflozine (Invokana*, Janssen, groupe Johnson & Johnson) publiée dans Diabetes Care.

Plusieurs études ont montré que chez des diabétiques de type 2 à risque cardiovasculaire élevé, les inhibiteurs du SGLT2 diminuaient le risque d'événement cardiovasculaire. Mais malgré ces résultats, la proportion de patients chez qui on a effectivement prescrit ces médicaments reste inférieure à la population potentiellement éligible.

Un outil qui permettrait d'identifier les patients tirant le plus de bénéfice de ce traitement pourrait améliorer les prescriptions, ont supposé Evangelos Oikonomou de l'université Yale à New Haven (Connecticut) et ses collègues. Les analyses de sous-groupes des essais cliniques n'avaient jusqu'à présent pas permis d'identifier clairement des populations qui devraient être plus particulièrement ciblées. Mais les sous-populations analysées étaient larges et les critères pas assez précis, estiment-ils.

En travaillant sur les études CANVAS et CANVAS-R avec la canagliflozine, ils ont voulu affiner la sélection des patients en utilisant de nombreux critères.

Ils ont d'abord travaillé sur les données de CANVAS, sur 4.327 patients. Au départ ils ont évalué l'intérêt de 75 variables, et en ont finalement conservé 15, qu'ils ont regroupées dans un algorithme, dans le but de développer une application, qu’ils ont nommée INSIGHT.

Les critères sont: présence d'une rétinopathie, d'une maladie coronaire, d'une neuropathie, d'une d'insuffisance cardiaque, être un homme, le tabagisme, la dyslipidémie, l'hypertension, un taux élevé de HDL-cholestérol, l'indice de masse corporelle, le taux de créatine kinase, le débit de filtration glomérulaire, ainsi qu'être "blanc", "asiatique" ou "hispanique" (selon les critères habituellement utilisés outre-Atlantique).

A partir de ces 15 critères combinés dans l'algorithme, ils ont pu identifier un sous-groupe, représentant 37,1% des patients de CANVAS, dont la réduction du risque cardiovasculaire était supérieure à la réduction moyenne de 14% de l'ensemble de la population de l'étude.

Pour confirmer sa validité, ils ont appliqué leur algorithme à la population de l'étude CANVAS-R (5.808 patients). Ils ont cherché à sélectionner les patients les plus à risque.

Ils ont ainsi identifié 1.699 patients (29% de la population étudiée) chez lesquels la canagliflozine a diminué de 40% ce risque: l'incidence des événements cardiovasculaires était de 24,7/1.000 personnes-années, contre 40,5/1.000 personnes-années avec le placebo.

Chez les autres patients, le risque était plus faible et l'inhibiteur de SGLT2 n'a pas apporté de bénéfice: l'incidence des événements cardiovasculaires était de 26,6/1.000 personnes-années avec la canagliflozine et 25,5/1.000 personnes-années avec le placebo.

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

Dépêche suivante

Le risque d'hospitalisation pour Covid-19 plus que doublé chez les hypertendus malgré la vaccination

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire