Premiers résultats chez l'homme positifs pour un antidote de l'anti-agrégant ticagrelor

Publié le jeudi 28 mars 2019
dans

LA NOUVELLE-ORLÉANS, 21 mars 2019 (APMnews) - Un anticorps monoclonal développé comme antidote spécifique du ticagrelor (Brilique*, AstraZeneca) a montré une réversion immédiate et durable des effets anti-agrégants plaquettaires du ticagrelor chez des volontaires sains, dans une étude de phase I présentée dimanche au congrès de l'American College of Cardiology (ACC) à La Nouvelle-Orléans.

Des hémorragies spontanées nécessitant des traitements urgents peuvent intervenir avec les anti-agrégants plaquettaires, mais il n'existe actuellement aucun antidote des inhibiteurs de P2Y12. Les effets anti-agrégants du ticagrelor ne peuvent être réversés par une transfusion de plaquettes, d'où l'intérêt de développer un antidote d'action rapide, d'autant qu'il est le seul des anti-P2Y12 à être un inhibiteur réversible, rappelle Deepak Bhatt du Brigham and Women's Hospital Heart and Vascular Center et de la Harvard Medical School à Boston.

Le PB2452, un fragment d'anticorps monoclonal neutralisant se liant au ticagrelor et à son métabolite actif principal circulant avec une haute affinité a été évalué auprès de 64 volontaires sains, randomisés entre l'antidote et un placebo, après un prétraitement par ticagrelor, selon différentes doses et durées de perfusion.

L'agrégation plaquettaire était supprimée de 80% 48h après le prétraitement par ticagrelor.

Le PB2452, administré en bolus intraveineux suivi d'une perfusion de 8h, 12h ou 16h, a été associé à une augmentation significativement plus importante de la fonction plaquettaire que le placebo avec différents types de tests. La réversion de l'effet du ticagrelor est apparue dans les 5 minutes suivant l'initiation de l'antidote, et maintenue pendant 20h.

Aucun signe de rebond d'activité plaquettaire après l'arrêt du traitement n'a été observé, suggérant l'absence d'effet rebond potentiellement prothrombotique en cas de réversion aiguë du ticagrelor.

"Le PB2452 pourrait être un moyen utile de traiter ou prévenir les complications hémorragiques dues au ticagrelor", conclut Deepak Bhatt, dont l'étude est également publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

Source : APM News

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

Bithérapie antiplaquettaire après stent actif: 2 essais positifs sur l'arrêt précoce de l'aspirine

Dépêche suivante

Les diabétiques cardiaques devraient recevoir un iSGLT2 ou un GLP-1 en-dessous d'une HbA1c à 8%

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire