La prématurité associée au risque de dyslipidémie chez l'adulte jeune

Publié le jeudi 7 novembre 2019
dans
APM news

WASHINGTON, 5 novembre 2019 (APMnews) - La prématurité est associée à un plus grand risque de dyslipidémie chez l'adulte jeune, selon une étude menée au sein de la population suédoise, publiée dans PLOS Medicine.

Le risque de maladie cardiovasculaire à l'âge adulte a auparavant été relié à la prématurité, mais alors que les troubles lipidiques constituent des facteurs de risque majeurs de maladie cardiovasculaire, leur association à la prématurité a été peu examinée et avec des résultats contradictoires, soulignent Casey Crump de l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai (New York) et ses collègues.

Ils ont mené une étude nationale de cohorte rétrospective sur plus de 2,2 millions de personnes nées en Suède entre 1973 et 1995, suivies jusqu'en 2016 (à l'âge maximal de 44 ans) pour la survenue de troubles lipidiques. De tels troubles ont été identifiés chez 25.050 personnes (1,1%), au cours d'un suivi de 30,3 millions de personnes-années.

Les analyses montrent que chaque mois (5 semaines) supplémentaire de grossesse était associé à une réduction significative de 14% du risque de troubles lipidiques.

Par rapport aux personnes nées à terme, celles nées avant 37 semaines avaient un risque de dyslipidémie augmenté de 23%. Le risque était d'autant plus élevé que la prématurité était grande: entre 22 et 27 semaines, le risque était doublé; entre 28 et 33 semaines, il était augmenté de 33%, et entre 34 et 36 semaines, il était augmenté de 19%.

Des facteurs génétiques ou environnementaux partagés au sein de la famille, associés à la fois à la prématurité et aux dyslipidémies, expliquent en grande partie ces résultats, davantage qu'un effet direct de la prématurité sur le risque de dyslipidémie, selon les analyses réalisées parmi les fratries afin de contrôler pour ces potentiels facteurs confondants: dans ces analyses les risques étaient atténués de façon importante par rapport à l'analyse principale."Les personnes nées prématurément peuvent nécessiter une évaluation préventive précoce et une surveillance à long terme des troubles lipidiques afin de réduire leur risque cardiovasculaire ultérieur", suggèrent les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Chirurgie cardiaque: l'amorçage de la CEC par plasma frais congelé peut être évité chez les jeunes enfants

Dépêche suivante

Le bénéfice des défibrillateurs cardiaques est moindre chez les diabétiques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire