Poursuivre par rivaroxaban ou par aspirine après un événement thromboembolique veineux ?

Mis à jour le mardi 21 mars 2017
dans

ACC, Washington, 18/03/17 - Chez les patients ayant présenté un accident thromboembolique veineux et qui ont terminé leur durée de traitement anticoagulant initial, le rivaroxaban à la dose de 20 mg, mais aussi de 10mg, réduit le taux de récidives d’événements thromboemboliques veineux comparé à l’aspirine, sans augmentation des hémorragies graves.

ACC.17

Chez les patients ayant présenté un épisode de thrombose veineuse, ayant terminé leur durée initiale de traitement anticoagulant et chez qui un traitement au long cours est envisagé, l’incertitude persiste quant au choix de ce traitement, à savoir anticoagulation à pleine dose, anticoagulation à dose réduite ou aspirine. L’étude EINSTEIN CHOICE, présentée ce jour à l’ACC avec publication simultanée dans le NEJM, a essayé de répondre à cette question.

Cette étude de supériorité, en double aveugle, a inclus des patients ayant présenté une thrombose veineuse profonde symptomatique ou une embolie pulmonaire, ayant fini leur 6 à 12 mois de traitement anticoagulant et chez qui il y avait une discussion du choix de traitement au long cours. Ils ont été randomisés en 3 groupes : rivaroxaban 20 mg par jour, rivaroxaban 10 mg par jour ou aspirine par jour. La durée de traitement prévue était de 12 mois.

Entre mars 2014 et mars 2016, 3 365 patients de 244 sites dans 31 pays ont été inclus dans l’étude. Le critère primaire d’efficacité (un composite d’évènement thromboembolique fatal ou non et de décès inexpliqué dans lequel une embolie pulmonaire ne peut être exclue) est survenu chez 1.5 % des patients sous rivaroxaban 20 mg, 1.2 % de ceux sous rivaroxaban 10 mg et 4.4 % de ceux sous aspirine 100mg. Le critère primaire de sécurité (saignement majeur) a été observé chez 0.5 % des patients sous rivaroxaban 20 mg, 0.4 % de ceux sous rivaroxaban 10 mg et 0.3 % de ceux sous aspirine 100 mg (p = 0.32). Le taux d’effets secondaires a été le même dans les 3 groupes.

Cette étude montre que chez les patients ayant fini leur période initiale de traitement et chez qui un traitement au long cours est envisagé, le taux de récidive d’événements thromboemboliques est plus bas avec le rivaroxaban qu’avec l’aspirine, et ceci sans augmentation du taux de saignement.

Nicole KARAM, d’après la presentation de Philip WELLS « Rivaroxaban or Aspirin for Extended Treatment of Venous Thromboembolism” durant les LBCT de l’ACC.17.

 

Retrouvez toute la synthèse du congrès de l'ACC

Les résumés d'études   Les interviews   Les brèves

 

 

Ce programme vous est proposé grâce au soutien d'Amgen

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

L’étude FOURIER : un franc succès biologique et clinique !

Dépêche suivante

Le traitement ininterrompu par dabigatran est supérieur à la warfarine en péri-ablation de FA

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire