Pontage coronaire : le prélèvement endoscopique du greffon veineux aussi sûr qu'en ouvert

Mis à jour le mercredi 21 novembre 2018
dans

Congrès AHA 2018

CHICAGO, 14 novembre 2018 (APMnews) - Le prélèvement du greffon veineux par voie endoscopique lors d'un pontage coronaire est associé à un risque équivalent d'évènements indésirables cardiaques et à moins d'infections du membre inférieur que le prélèvement en ouvert, dans une étude randomisée présentée dimanche au congrès de l'American Heart Association (AHA) à Chicago.

La veine saphène est le vaisseau le plus utilisé pour les pontages coronaires. Son prélèvement chirurgical est associé à des complications au niveau du site de prélèvement, en particulier des infections et des douleurs. Le prélèvement chirurgical mini-invasif par voie endoscopique a été développé au milieu des années 1990, et constitue la technique la plus utilisée aux Etats-Unis aujourd'hui, moins en Europe.

Son efficacité pour réduire les complications est bien établie, mais sa sécurité en termes d'évènements cardiovasculaires ultérieurs l'est moins, rappellent les auteurs dans leur étude publiée également dans le New England Journal of Medicine (NEJM). En outre, la perméabilité du greffon est moins bonne après prélèvement par endoscopie.

L'essai REGROUP, présenté en session late-breaking science, a comparé les 2 techniques de prélèvement, en ouvert ou endoscopique, auprès de 1.150 patients randomisés, recevant un pontage coronaire en urgence ou électif. Le prélèvement par voie endoscopique était réalisé par des professionnels expérimentés dans ce type de prélèvement.

Lors d'un suivi médian de 2,78 ans, 15,5% des patients du groupe prélèvement en ouvert et 13,9% des patients du groupe endoscopique ont eu un évènement cardiaque majeur (décès de toute cause, infarctus non fatal ou revascularisation répétée). La différence n'était pas statistiquement significative. Elle ne l'était sur aucun des composants individuels de ce critère.

Les infections au niveau du site de prélèvement ont été significativement moindres dans le groupe endoscopie (1,4% contre 3,1%), ainsi que l'impact de la douleur dans la jambe prélevée sur le fonctionnement (79,1% de patients sans impact contre 62,2%).

L'étude n'a toutefois pas évalué la perméabilité du greffon par imagerie.

"Le prélèvement endoscopique, réalisé par un expert, peut être considéré comme la stratégie de prélèvement de préférence", conclut néanmoins Marco Zenati du VA Boston Healthcare System et de la Harvard Medical School à Boston, dans le diaporama ayant servi de support à sa présentation orale.

Source : APM news

Toute l'actualité AHA 2018

Mots clés: Coronaire Coronaire

Dépêche précédente

Pontage coronaire : le ticagrelor pas plus efficace que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs

Dépêche suivante

Des complications cardiovasculaires graves observées avec les immunothérapies des cancers par inhibiteurs de check-point

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire