Pontage coronaire : le ticagrelor pas plus efficace que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs

Publié le mardi 13 novembre 2018
dans

Congrès AHA 2018

CHICAGO, 13 novembre 2018 (APMnews) - L'anti-agrégant plaquettaire ticagrelor (Brilique, AstraZeneca) n'a pas fait mieux que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs dans les 12 mois suivant un pontage coronaire, montre un essai de phase III présenté dimanche en session de "late-breaking science" au congrès de l'American Heart Association (AHA) à Chicago.

L'aspirine représente actuellement le traitement antiplaquettaire de choix après un pontage coronaire chez les patients souffrant de maladie coronaire, mais le taux d'événements cardiovasculaires indésirables observé dans l'année qui suit l'intervention dépasse encore 10%, souligne Heribert Schunkert du German Heart Center Munich dans le résumé de sa présentation.

Ces effets sont essentiellement dus à la détérioration précoce du greffon et à d'autres événements ischémiques qui sont liés principalement à l'agrégation plaquettaire, ajoute-t-il, estimant de fait qu'une inhibition accrue de l'agrégation plaquettaire pourrait être bénéfique dans ce cadre.

Dans l'étude DACAB présentée en 2017 au congrès de l'AHA à Anaheim, la bithérapie aspirine + ticagrelor s'était montrée significativement plus efficace que l'aspirine seule pour améliorer la perméabilité du greffon vasculaire un an après un pontage coronaire, mais l'étude n'avait pas permis de conclure quant aux bénéfices cliniques, rappelle-t-on.

L'objectif de l'essai randomisé et mené en double aveugle TiCAB (partiellement financé par AstraZeneca) a été d'évaluer si le ticagrelor était plus efficace que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs dans les 12 mois suivant un pontage coronaire.

Les patients ont pour cela été randomisés à parts égales entre le ticagrelor (90 mg, deux fois par jour) et l'aspirine (100 mg, une fois par jour). Le traitement a été initié dans les 24 heures suivant le pontage coronaire et s'est poursuivi jusqu'à 12 mois. Le critère principal d'évaluation était le taux d'événements cardiovasculaires majeurs à 12 mois post-pontage coronaire, ce qui comprenait les décès cardiovasculaires, les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et les revascularisations.

Il était initialement prévu, pour des raisons statistiques, qu'un total de 3.760 patients soient inclus dans l'étude. Mais le comité chargé de surveiller les données et la sécurité de l'essai (Data and Safety Monitoring Board, ou DSMB) a recommandé l'arrêt des inclusions en mars 2018, après avoir mené une analyse intermédiaire sur les patients déjà inclus et pour lesquels des données à un an étaient disponibles. La raison à cela était que le taux d'événements cardiovasculaires majeurs était inférieur à ce qui était attendu. Les auteurs soulignent en outre que "le fabricant du ticagrelor" a annulé son financement en septembre 2016.

De fait, le nombre de patients sur lesquels l'analyse finale a pu être menée en août 2018 était de 1.893.

Le taux d'événements cardiovasculaires majeurs à 12 mois post-pontage coronaire était similaire entre les deux groupes, avec 9,7% dans le bras ticagrelor contre 8,2% dans le bras aspirine. Cette différence n'était pas significative sur le plan statistique. Le taux de mortalité toutes causes était également comparable entre les deux groupes (respectivement 2,5% et 2,4%).

Le taux d'hémorragies majeures (BARC 3 à 5) était similaire entre les deux bras, concernant 3,7% des patients sous ticagrelor et 3,2% de ceux sous aspirine.
Les chercheurs en concluent que l'aspirine en monothérapie reste la stratégie à privilégier pour l'inhibition plaquettaire après un pontage coronaire.

Source : APM International

Toute l'actualité de l'AHA 2018

Dépêche précédente

HTA : résultats de phase IIb positifs pour le firibastat, nouvel anti-hypertenseur à action cérébrale

Dépêche suivante

Semi-échec en phase IIb d'une injection de cellules souches mésenchymateuses lors de la pose d'une assistance ventriculaire gauche

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire