Méfiez-vous de la digoxine dans la fibrillation auriculaire !

Mis à jour le jeudi 11 mars 2021
dans

ACC, Washington, 19/03/17 - Chez les patients ayant une fibrillation auriculaire et traités par digoxine, le risque de déçès augmente avec le taux de digoxine, avec un risque maximal dans le groupe ayant une digoxinémie ≥ 1.2ng/mL. L’introduction de digoxine est associée à une surmortalité, indépendamment de la présence ou non d’une insuffisance cardiaque. Le bénéfice de l’apixaban par rapport à la warfarine n’est pas modifié par l’utilisation de digoxine.

ACC.17

La digoxine est recommandée pour le contrôle de la fréquence cardiaque chez les patients insuffisants cardiaques porteurs de fibrillation auriculaire. Elle est actuellement utilisée chez 30 % des patients ayant une insuffisance cardiaque, malgré plusieurs études récentes montrant une possible surmortalité liée à son utilisation.

A partir des données de l’étude ARISTOTLE qui a comparé l’apixaban à la warfarine dans la FA, cette nouvelle étude, parue ce jour dans le NEJM, a analysé la relation entre l’utilisation de la digoxine et la mortalité selon le taux de digoxine et selon la présence ou non d’insuffisance cardiaque. Elle a aussi comparé l’apixaban à la warfarine en fonction de la prise de digoxine ou pas. Deux analyses ont été réalisées : une chez les patients sous digoxine de façon chronique et une chez les nouveaux utilisateurs étaient prévues. Les patients chez qui la digoxine a été introduite au cours de l’étude ont été matchés à un groupe témoin (ratio 1 :3).

Chez les patients sous digoxine de façon chronique, une augmentation dose-dépendante de la mortalité a été observée avec un HR ajusté (IC à 95 %) à 1.19 (1.07–1.32), p = 0.001 pour chaque augmentation de la digoxinémie de 0.5 ng/mL. Les « nouveaux utilisateurs » de digoxine ont présenté une surmortalité avec un HR ajusté (IC à 95%) à 1.78 (1.37–2.31), p < 0,001. Cette surmortalité était observée dans le groupe insuffisant cardiaque mais aussi et de façon plus prononcée, dans le groupe non insuffisant cardiaque. Dans le groupe des nouveaux utilisateurs, la moitié des morts subites avaient lieu dans les 6 mois suivant l’introduction de digoxine. L’avantage de l’apixaban par rapport à la warfarine était maintenu, que le patient soit sous digoxine ou pas.

Cette nouvelle analyse d’ARISTOTLE remet encore une fois en question l’utilisation de la digoxine chez les patients ayant une fibrillation auriculaire, surtout quand un autre traitement est possible. Elle encourage aussi à un contrôle strict de la digoxinémie avec maintien de sa concentration à moins de <1.2 ng/mL.

Nicole KARAM d’après la présentation de Renato Lopes “ARISTOTLE: Digoxin and Mortality in Patients With Atrial Fibrillation With and Without Heart Failure: Does Serum Digoxin Concentration Matter?” durant les LBCT de l’ACC.17.

 

Retrouvez toute la synthèse du congrès de l'ACC

Les résumés d'études   Les interviews   Les brèves

 

Ce programme vous est proposé grâce au soutien d'Amgen
Dépêche précédente

Les anticoagulants réduisent le risque de thrombose au niveau des bioprothèses chirurgicales ou percutanées

Dépêche suivante

Chirurgie valvulaire: résultats mitigés de 2 dispositifs de protection embolique cérébrale

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire