Maladie coronaire : seuls les cas instables tirent bénéfice de l'intervention coronaire percutanée (méta-analyse)

Publié le mercredi 11 mars 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 11 mars 2020 (APMnews) - L'intervention coronaire percutanée est associée à un bénéfice sur la mortalité et les infarctus après un infarctus ou un syndrome coronaire aigu, mais pas en cas de maladie coronaire stable, selon une méta-analyse publiée dans Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes.

Il est bien établi que l'intervention coronaire percutanée réduit la mortalité chez les patients ayant un infarctus (avec élévation du segment ST, STEMI), mais dans les autres formes de maladie coronaire, les bénéfices de ce type d'intervention sont controversés, rappellent Liza Chacko de l'Imperial College London à Londres et ses collègues.

Via une méta-analyse d'essais randomisés, ils ont examiné les bénéfices de l'intervention coronaire percutanée dans différents scénarios de maladie coronaire, stable ou instable: patients en post-infarctus n'ayant pas reçu de revascularisation immédiate; patients ayant reçu une angioplastie primaire mais ayant des lésions coronaires résiduelles (maladie pluritronculaire); patients ayant eu un syndrome coronaire aigu (SCA) sans élévation du segment ST; patients coronariens stables.

Leur méta-analyse porte sur 46 essais randomisés (dont l'essai ISCHEMIA présenté en novembre 2019), sur 37.757 patients, évaluant l'intervention coronaire percutanée, en plus du traitement médical, dans le traitement de la maladie coronaire.

L'intervention coronaire percutanée est apparue bénéfique dans les 3 scénarios de maladie coronaire instable, avec un risque relatif de mortalité significativement réduit de 16%. La réduction du risque était de 32% dans les cas d'infarctus sans revascularisation, de 16% (non significative) dans les cas de maladie pluritronculaire après un infarctus, et de 16% (significative) dans les cas de SCA sans élévation du segment ST.

Chez ces 3 catégories de patients instables, l'intervention coronaire percutanée a également été associée à une réduction significative des décès cardiaques (-31%) et des infarctus (-26%).

Chez les patients présentant une maladie coronaire stable, l'intervention coronaire percutanée n'a pas été associée à une baisse significative du risque de mortalité (-2%) ni de décès cardiaque (-11%) ni d'infarctus (-4%).

Les auteurs suggèrent par conséquent que l'intervention coronaire percutanée soit réservée aux différents types de patients instables décrits dans l'analyse, ainsi qu'aux "patients présentant un angor réfractaire au traitement médical, en accord avec les recommandations cliniques et les données d'essai clinique récentes".

Source: APMnews

Mots clés: Coronaire Coronaire , Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Plus de 10% des patients avec un lymphome traités par CHOP développent une insuffisance cardiaque

Dépêche suivante

Une pression artérielle faible associée à une mortalité accrue chez les plus de 75 ans

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire